Fermer

Angola: nouveau bras de fer entre l'ex-président dos Santos et son successeur

Mise à jour le 22/11/2018 à 08h28 Publié le 22/11/2018 à 08h27 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Dos Santos et Joao Lourenço

Dos Santos et Joao Lourenço du MPLA.

© Copyright : DR

#Autres pays : L'ancien président angolais José Eduardo dos Santos a réfuté mercredi les accusations de son successeur Joao Lourenço d'avoir vidé "les caisses de l'Etat", dans un nouveau bras de fer entre les deux hommes.


Joao Lourenço a affirmé au journal portugais Expresso paru ce week-end avoir "trouvé les coffres de l'Etat vides". José Eduardo dos Santos lui a répondu mercredi lors d'une conférence de presse surprise à Luanda, la première depuis son départ de la présidence en septembre 2017.

"Je n'ai pas laissé les caisses de l'Etat vides. En septembre 2017, lors du passage de témoin, j'ai laissé environ 15 milliards de dollars à la Banque nationale d'Angola", a-t-il affirmé.


>>>LIRE AUSSI: Angola: l'empire Dos Santos menacé par Joao Lourenço, son successeur

"Le budget général de l'Etat est adopté par l'assemblée nationale, et tous les revenus et dépenses de l'Etat doivent y être obligatoirement inscrits. Le budget 2017 avait un déficit de 6%", a-t-il ajouté depuis le siège de sa fondation éponyme.

José Eduardo dos Santos a dirigé l'Angola jusqu'en septembre 2017, un règne de trente-huit ans au cours duquel il a mis l'économie du pays en coupe réglée.

Il a finalement cédé les rênes du pouvoir à Joao Lourenço, également membre du Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA). A peine arrivé, ce dernier a lancé une purge de grande ampleur dans l'administration et les entreprises publiques qui a visé pour l'essentiel les proches de son prédécesseur.

Symbole du nettoyage lancé par M. Lourenço, la justice a placé en détention l'un de ses fils, Jose Filomenu, inculpé de corruption alors qu'il dirigeait le fonds souverain du pays.
Le 22/11/2018 Par Le360 Afrique - Afp