Fermer

Maroc-Algérie: les deux armées dans les manœuvres «Flintlock 2019»

Mise à jour le 03/02/2019 à 12h06 Publié le 03/02/2019 à 12h04 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
 Monde NIGER: 470 MILITAIRES ITALIENS DÉPLOYÉS DANS LE DÉSERT POUR UNE ÉTONNANTE RAISON
© Copyright : DR

#Autres pays : En impliquant à la fois les armées du Maroc et de l’Algérie, les traditionnelles manœuvres militaires américaines «Flintlock 2019» auront un caractère inédit. Cet exercice se déroulera au Burkina Faso, avec un poste avancé en Mauritanie, du 18 février au 1er mars.


2000 militaires des forces spéciales issus des armées de 30 pays africains et occidentaux prendront part à cet exercice. Son l’objectif est de «renforcer  la capacité opérationnelle des forces armées des principaux pays partenaires de la région dans la lutte contre les organisations extrémistes violentes, la protection des territoires nationaux et à assurer la sécurité de leur population».

Les pays africains participants au «Flintlock 2019» sont l’Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Cap-Vert, le Ghana, la République de Guinée (Conakry), la Guinée Bissau, le Mali, le Maroc, la Mauritanie, Le Nigéria, le Sénégal, le Tchad et la Tunisie.


>>>LIRE AUSSI: Egypte: nouvelles manoeuvres militaires avec la Russie

Les pays occidentaux impliqués dans ces manœuvres sont l’Autriche, la Belgique, la République Tchèque, le Danemark, la France, l’Italie, le Japon, les Pays Bas, la Norvège, la Pologne, le Portugal, l’Espagne, la Suisse, le Royaume Uni et les Etats-Unis.

«Flintlock» est le premier et le plus important exercice annuel des forces spéciales américaines.

Depuis quelques années, ces manœuvres américaines se déroulent dans un contexte de changement de paradigme militaire, avec la quasi-fin des conflits entre armées régulières impliquant une guerres de positions, remplacés par les menaces asymétrique (lutte contre le terrorisme et le crime transfrontalier), ou, parfois, des crises internes débouchant sur des conflits civils, très fréquents en Afrique.
Le 03/02/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya