Fermer

Centrafrique: la ministre française des Armées en visite officielle à Bangui

Mise à jour le 08/07/2019 à 10h07 Publié le 08/07/2019 à 10h06 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Florence Parly, ministre des armées

Florence Parly, ministre des Armées.

© Copyright : DR

#Autres pays : La ministre française des Armées Florence Parly est arrivée lundi à Bangui pour une visite officielle en République centrafricaine, en proie à des violences persistantes malgré un accord de paix signé en février.

Mme Parly doit s’entretenir avec le président Faustin-Archange Touadéra et la ministre centrafricaine de la Défense Marie-Noëlle Koyara “pour évoquer la situation sécuritaire et les efforts de la communauté internationale pour y faire face sous l’égide de l’ONU et de l’Union africaine”, selon le ministère français des Armées.

Au menu des discussions figurent “les démarches entreprises par la France auprès de l’ONU pour assouplir l’embargo sur les armes et faciliter l‘équipement des forces armées centrafricaines chargées de restaurer l’autorité de l’Etat centrafricain”.

La France, qui était intervenue en RCA entre 2013 et 2016 (opération Sangaris) pour faire cesser les violences, a remis en décembre dernier 1.400 fusils d’assaut aux forces armées centrafricaines (Faca), après avoir obtenu une exemption à l’embargo de l’ONU, tout comme la Russie, qui a fait une entrée remarquée dans cet ancien “pré carré” français en livrant des armes aux Faca début 2018.


LIRE AUSSI: Centrafrique: l'accord de paix entre gouvernement et rebelles "n'offre pas l'amnistie"


La ministre française assistera également lundi à la prise de commandement par la France de la mission EUTM-RCA (European Union Training Mission), qui œuvre à la formation des Faca.

L’accord de paix quotidiennement violé

La France compte aujourd’hui quelque 300 soldats français en Centrafrique, qui mènent des actions de formation des forces armées nationales et assurent si nécessaire un appui à la force de l’ONU (Minusca, 13.000 hommes).

La Centrafrique, une ancienne colonie française de 4,5 millions d’habitants classée parmi les pays les plus miséreux au monde, a basculé dans la violence et le chaos en 2013, après le renversement du président François Bozizé par la rébellion Séléka.


LIRE AUSSI: centrafrique: le groupe 3R va démanteler ses bases


Dans ce pays où l’Etat ne contrôle qu’une maigre partie du territoire national, les groupes armés s’affrontent dans les provinces pour le contrôle des ressources, notamment les diamants, l’or et le bétail.

L’accord de paix de Khartoum, signé en février dernier entre 14 groupes armés et le gouvernement, est le huitième conclu depuis 2013.

Or des violations de l’accord de paix sont commises chaque jour par des groupes armés, avertissait fin juin au Conseil de sécurité l‘émissaire de l’ONU pour ce pays, Mankeur Ndiaye.

Le 08/07/2019 Par Le360 Afrique - Afp