Fermer

Libye: l’Union Africaine demande une enquête sur le raid contre le centre de migrants

Mise à jour le 08/07/2019 à 16h18 Publié le 08/07/2019 à 16h13 Par Karim Ben Amar

#Politique
Bombardement de camps de migrants
© Copyright : DR

#Autres pays : Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA) a demandé à ce qu'une enquête indépendante soit menée sur le raid aérien effectué contre un centre de détention de migrants à proximité de Tripoli. Ce raid a fait 53 morts dont 7 Marocains et plusieurs dizaines de blessés.

A la suite du raid aérien survenu le mardi 2 juillet à Tajoura (11 Km à l’est de Tripoli), attaque qui a visé un centre d’accueil pour migrants, le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA) a demandé, le samedi 6 juillet dernier, qu’une enquête indépendante soit menée.

Le raid effectué par l’armée nationale libre du maréchal Haftar a fait 53 morts, dont 7 Marocains et plus de 130 blessés, dont 8 Marocains.

C‘est dans un communiqué publié samedi dernier que le conseil a émis ses remarques suite à sa récente réunion sur la situation en Libye et la détresse des migrants africains.

D’après le communiqué, le conseil a décidé que soit «urgemment diligentée une enquête indépendante, avec la participation de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples (CADHP)».


LIRE AUSSI: Libye: les forces de Haftar auraient tué 40 migrants en bombardant leur centre


A cet effet, le conseil a demandé à la CADHP «de soumettre les résultats de l'enquête au Conseil d'ici au 30 septembre 2019 pour son examen».

Ce même conseil a également souligné le rôle central de l'UA qui, en travaillant conjointement avec les pays de la région, cherche une solution durable à la crise en Libye qui perdure depuis plusieurs années.

Le communiqué affirme que «le conseil insiste sur le fait que tous les partenaires impliqués dans le soutien des efforts visant à résoudre la crise en Libye doivent compléter et respecter l'approche de l'UA».


LIRE AUSSI: Esclavage en Libye: le casse-tête du rapatriement des migrants


Dans ce même sillage, le conseil a condamné, «dans les termes les plus fermes possibles, les auteurs de l'attaque barbare, quels qu'ils soient, qui a été menée le 2 juillet contre le centre de détention de migrants de Tajoura, à proximité de Tripoli, en Libye, à l'encontre de migrants, qui a coûté la vie à un grand nombre de personnes et en a blessé des centaines».

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'attaque a coûté la vie à 53 personnes et a fait plus de 130 blessés.

Côté marocain, parmi les 18 personnes présentes dans ce centre, le bilan provisoire s’élève à 7 morts, 8 blessés et 3 disparus d’après un communiqué du Consulat général du Maroc à Tunis.
Le 08/07/2019 Par Karim Ben Amar

à lire aussi