Fermer

Egypte: l'armée sur le point de réceptionner 50 avions de combat russes pour 2 milliards de dollars

Mise à jour le 27/08/2019 à 14h04 Publié le 27/08/2019 à 13h29 Par Mar Bassine

#Politique
Egypte: L'Egypte sur le point de réceptionner 50 avions de combat russes pour 2 milliards de dollars
© Copyright : DR

#Autres pays : L'Egypte va bientôt prendre possession de l'une des importantes commandes d'avions de combats du siècle. L'armée du général-président Abdelfattah Al-Sissi a en effet acheté 50 avions de combats de modèle MiG-35, selon le US National Interest, lesquels lui seront livrés dès l'année à venir.


Ce contrat, d'un montant de deux milliards de dollars est le plus important encore jamais passés depuis le début de l'ère post-soviétique. Le deal avait été signé en avril 2015, et stipule que l'Egypte devrait recevoir sa commande en 2020.

Ce contrat fait suite à un premier du genre, signé en novembre 2013, et qui avait permis la livraison de 24 MiG-35. 

Les MiG 35 sont une version nettement plus avancée et sophistiquée par rapport aux MiG-29.

Un MIG 35 est ainsi doté d'outils plus robustes, aux usages multiples et permet de lancer des armes de haute précision air-air et air-sol.

De plus, son rayon de combat est nettement plus large, grâce à la capacité de son réservoir, plus importante que la version précédente. 

L'Egypte a développé sa coopération militaire avec la Russie après la prise du pouvoir par le général Abdelfattah Al-Sissi, tout particulièrement près son investiture en 2014, à la tête de l'Etat égyptien, suite à un scrutin présidentiel.


>>>LIRE AUSSI: Armements russes. Officiel: Trump veut imposer des sanctions à l'Algérie

Evidemment, l'avion russe abattu par les islamistes, en octobre 2015, avait refroidi les relations russo-égyptiennes, mais tout semble avoir repris.

Le signe le plus évident de ce réchauffement est la reprise, l'année dernière, des vols réguliers entre le Caire et Moscou. 

En décembre 2017, Vladimir Poutine s'était même rendu en Egypte, une visite au cours de laquelle de laquelle il avait promis la contruction de la centrale nucléaire d'Al Dabaa.

Il s'agissait ainsi de sa deuxième visite en deux ans, puisqu'en février 2015, il s'était rendu au Caire pour signer plusieurs contrats bilatéraux. 
Le 27/08/2019 Par Mar Bassine