Fermer

RD Congo: le dauphin de l'ex-président Kabila empêché de voyager

Mise à jour le 26/01/2020 à 17h00 Publié le 25/01/2020 à 16h53 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Emanuel Ramazani Shadary

Emanuel Ramazani Shadary, candidat de la mouvance présidentielle.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le dauphin de l'ancien président Joseph Kabila et ancien ministre de l'Intérieur ainsi qu'un ancien gouverneur de province ont été empêchés samedi de quitter la République démocratique du Congo avec des passeports non valables, a-t-on appris auprès des services aéroportuaires.

"Emmanuel Ramazani Shadary et Marcellin Cishambo n'ont pas été autorisés à monter à bord du vol Ethiopian qui devait les ramener à Bujumbura, parce qu'ils détenaient des passeports diplomatiques, alors qu'ils ne sont plus en fonctions", a déclaré à l'AFP un responsable de la direction générale de migration (DGM).

Sur le passeport d'Emmanuel Ramazani Shadary il est marqué comme fonction exercée +vice-Premier ministre, ministre de l'Intérieur+ et sur celui de Cishambo il est écrit +gouverneur de province+. Qui ne sait pas qu'ils n'exercent plus ces fonctions?", s'est-il interrogé.

"Ce sont de fausses nouvelles", a répondu dans un message à l'AFP Ramazani Shadary, chef du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), la formation politique de l'ex-président Kabila.

Des témoins et quelques membres de la délégation du PPRD interrogés par l'AFP ont confirmé l'incident, indiquant que les deux personnalités n'ont pu quitter la RDC.


LIRE AUSSI: RDC: Kabila renonce à briguer un 3e mandat et désigne Emmanuel Ramazani Shadary


Depuis dimanche, la tension est perceptible entre les deux composantes de la coalition au pouvoir en RDC: le Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila, majoritaire aux assemblées nationale et provinciales ainsi qu'au Sénat et le Cap pour le changement (Cach) de Félix Tshisekedi.

Lors d'une réunion publique avec la diaspora congolaise de Londres, le président Tshisekedi a annoncé qu'il démettrait tout ministre qui ne respecterait pas ses décisions et envisage en cas de crise de dissoudre l'Assemblée nationale composée en majorité des fidèles de son prédécesseur Joseph Kabila.

Le 24 janvier a marqué le premier anniversaire de l'avènement de Félix Tshisekedi au pouvoir en République démocratique du Congo.
Le 25/01/2020 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi