Fermer

Cameroun. Le parti au pouvoir, largement vainqueur des élections municipales

Publié le 21/02/2020 à 10h42 Par Patricia Ngo Ngouem

#Politique
Elections camerounaises
© Copyright : DR

#Autres pays : Selon les premiers résultats du scrutin, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), parti au pouvoir, a remporté la présidence de 87% des communes du Cameroun, soit très précisément 316 municipalités sur 360, à moins d'un contentieux post-électoral qui serait porté en recours.

La proclamation, hier, jeudi 20 février, des premiers résultats de ce scrutin municipal, a permis de constater un renouvellement des maires à la tête des différentes communes du pays, et tout particulièrement des jeunes et des femmes aux commandes de mairies du Cameroun. 

Ces élections municipales confirment en outre la victoire écrasante du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir).

Le RDPC, sous réserve de modifications que pourraient apporter des recours introduits dans certaines localités, gagne ainsi le contrôle, en totalité ou en partage, de 316 communes sur 360 au total dans le pays.


LIRE AUSSI: Cameroun. Élections législatives et municipales: une faible participation, le saccage de bureaux de vote... et des morts


Le parti, présent dans l'ensemble des dix régions que compte le pays, remporte notamment toutes les municipalités dans les régions du Sud (29) et du Sud-Ouest (31).

D'éventuels recours à un contentieux post-électoral sur le résultat du scrutin dans quelques communes du pays ne devrait cependant pas changer la configuration actuelle de la répartition de la présidence des communes camerounaises, largement dominées par le RDPC.

En seconde position, juste après le RDPC, l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) s’en tire avec 16 communes, tandis que le Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) dirigé par Cabral Libii, candidat arrivé en troisième position lors des élections présidentielles d’octobre 2018, fait son entrée dans le paysage politique, en remportant sept communes. 


LIRE AUSSI: Cameroun: des élections législatives et municipales sous tensions


L’Union démocratique du Cameroun (UDC) gagne six communes, le Social Democratic Front (SDF), parti historique de l’opposition, s’en sort avec quatre communes, tandis que le Front pour le salut national du Cameroun (FSNC) et le Mouvement démocratique pour la défense de la République (MDR) remportent trois mairies chacun. 

L’Union des mouvements socialistes (UMS) est à la tête de deux communes, tout comme le MPCN, tandis que le Mouvement citoyen national camerounais (MCNC) en gagne une.

L’élection des maires du Cameroun s'est tenue dans un contexte marqué par l’accélération du processus de décentralisation avec la promulgation, en décembre 2019, d'une loi définissant le nouveau cadre des collectivités territoriales décentralisées dans le pays. 

Le 21/02/2020 Par Patricia Ngo Ngouem