Fermer

Les États-Unis convoquent l'ambassadeur du Zimbabwe après des propos "offensants"

Mise à jour le 28/07/2020 à 18h57 Publié le 28/07/2020 à 17h35 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa et américain Donald Trump

Les présidents Emmerson Mnangagwa (Zimbabwe) et Donald Trump (Etats-Unis).

© Copyright : DR

#Autres pays : Les États-Unis ont annoncé mardi 28 juillet avoir convoqué l'ambassadeur du Zimbabwe pour protester contre des propos "offensants" du parti au pouvoir à Harare contre l'émissaire américain, accusé d'avoir fomenté des manifestations anticorruption.

Le porte-parole de l'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF) au pouvoir a traité lundi l'ambassadeur américain Brian Nichols de "voyou", le menaçant d'expulsion.

"S'il continue à s'engager dans des actes pour miner cette République en mobilisant et finançant des troubles, en organisant la violence et en entraînant des insurgés, nos dirigeants n'hésiteront pas à lui demander de partir", a-t-il poursuivi. "Les diplomates n'ont pas le droit de venir dans un pays et de s'impliquer dans des actions subversives."


LIRE AUSSI: Zimbabwe: en détention, un journaliste lanceur d'alerte est accusé de tentative de coup d'Etat avec l'aide des USA


"Les propos de la Zanu-PF, bien qu'ils soient tristement sans surprise, sont profondément offensants", a réagi mardi le secrétaire d'Etat américain adjoint pour l'Afrique, Tibor Nagy.

"Nous avons convoqué l'ambassadeur du Zimbabwe pour obtenir des explications", a-t-il ajouté sur Twitter.

Le gouvernement du président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a intensifié ces derniers jours la répression à l'approche de manifestations contre la corruption.
Le 28/07/2020 Par Le360 Afrique - Afp