Fermer

OMC: la nigériane Ngozi reste confiante malgré le véto américain

Mise à jour le 29/10/2020 à 17h10 Publié le 29/10/2020 à 17h10 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Ngozi Okokjo-Iweala

Ngozi Okokjo-Iweala, nouvelle administratrice de Twitter.

© Copyright : DR

#Autres pays : Ngozi Okonjo-Iweala, la candidate nigériane pressentie pour reprendre la tête de l'Organisation mondiale du commerce, a affirmé jeudi rester positive malgré la décision de l'administration Trump de lui opposer son veto.

"Nous restons positifs!" a indiqué dans un tweet Mme Okonjo-Iweala, qui est opposée à la seule autre candidate encore en lice, la Sud-Coréenne Yoo Myung-hee.

A l'issue du troisième tour du processus de sélection du directeur général de l'OMC, les organisateurs ont annoncé mercredi que sur la base de leurs consultations avec l'ensemble des délégations, la candidate la mieux placée pour faire l'objet d'un consensus et obtenir le poste était Mme Okonjo-Iweala, qui se fait appeler Dr Ngozi.

Mais les Etats-Unis s'y sont opposés, empêchant ainsi pour le moment que l'ex-numéro deux de la Banque mondiale devienne la première femme et première africaine à prendre les rênes de l'OMC.


LIRE AUSSI: La Nigériane Okonjo-Iweala proposée pour diriger l'OMC mais les Etats-Unis opposés (officiel)


Depuis Washington, les services du représentant américain au commerce (USTR) ont souligné que la candidate sud-coréenne a "toutes les compétences requises pour diriger de manière efficace l'organisation".

Cette décision a plongé l'OMC dans une incertitude plus grande encore, alors que l'institution dont les décisions sont habituellement prises par consensus est privée de chef depuis le départ fin août du Brésilien Roberto Azevedo, parti pour raisons familiales.

Le veto américain ayant grippé le processus de sélection, les membres de l'OMC ont prévu de se réunir le 9 novembre à Genève, après l'élection américaine du 3, pour décider de la suite. En cas de désaccord, un vote est possible mais l'OMC n'y a jamais eu recours.


LIRE AUSSI: OMC: l'Union européenne penche pour la Nigériane Okonjo-Iweala


En attendant, l'ancienne ministre des Affaires étrangères et des Finances du Nigeria s'est dite "très honorée d'avoir été déclarée comme étant la candidate bénéficiant du soutien le plus large parmi les membres" de l'institution "et la plus susceptible de faire l'objet d'un consensus".

"Nous passons à l'étape suivante le 9 novembre, malgré les accrocs", a-t-elle tweeté.
Le 29/10/2020 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi