Fermer

Mozambique. Gaz: le PDG de Total rencontre le président pour parler de sécurité

Mise à jour le 18/01/2021 à 15h52 Publié le 18/01/2021 à 15h52 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Le PDG de Total, Patrick Pouyanné

Patrick Pouyanné, PDG de Total.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, rencontre lundi le président du Mozambique, Filipe Nyusi, pour discuter de la situation sécuritaire dans le pays en proie à une insurrection jihadiste, a-t-on appris auprès du groupe, qui y développe un projet gazier géant.

"Il y a une rencontre aujourd'hui (lundi) à Maputo entre le Président Nyusi et Patrick Pouyanné pour évoquer la question de la sécurité", a indiqué un porte-parole de Total à l'AFP.

Total a évacué début janvier des employés du site gazier auquel il participe dans le nord du Mozambique, après une série d'attaques jihadistes à seulement quelques kilomètres du méga-projet.

La province du Cabo Delgado dans le nord, stratégique pour l'exploitation du gaz naturel, est en proie à une sanglante insurrection islamiste depuis plus de trois ans. Mais ces dernières semaines, les attaques proches du site de la péninsule d'Afungi se sont multipliées, selon plusieurs sources sécuritaires à l'AFP.


LIRE AUSSI: Gaz: Total signe un accord avec le Mozambique pour sécuriser son colossal projet gazier


Le projet Mozambique LNG, qui représente un investissement total de 20 milliards de dollars, prévoit la construction d'une usine de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le nord du pays. Le début de la production est prévu en 2024.

Il fait suite à la découverte d'importantes quantités de gaz naturel au large des côtes nord du Mozambique en 2010.

Total est l'opérateur du projet et en détient 26,5%.


LIRE AUSSI: Mozambique: la France accusée d'y préparer "une bombe climatique"


Le groupe français avait signé sa décision finale d'investir en 2019, aux côtés des six autres partenaires: le japonais Mitsui, l'indien ONGC, la compagnie locale Empresa Nacional de Hidrocarbonetos (ENH), le thaïlandais PTTEP et les indiens OIl India et Bharat Petroleum.

La construction a commencé la même année malgré l'instabilité de la région. Selon Total, 5.500 travailleurs mozambicains ont déjà livré une série d'infrastructures nécessaires au projet, dont un nouveau village, une piste d'atterrissage et une autoroute.
Le 18/01/2021 Par Le360 Afrique - Afp