Fermer

Au Darfour, de nouvelles violences ravivent des vieilles craintes

Publié le 08/02/2021 à 08h45 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Silence, on s'entretue à nouveau au Darfour

Des hommes armés au Soudan, en janvier 2020.

© Copyright : Tony Karumba / AFP

#Autres pays : Revenu sur ses terres au Darfour après 10 ans passés dans des camps de déplacés, Abbas Abdallah a été agressé et ses récoltes ont été détruites. Il craint aujourd'hui de s'être réinstallé trop hâtivement dans son village de cette région instable du Soudan.


Issu de la tribu Bergid, ce fermier a été attaqué en janvier par des nomades arabes à cheval et à dos de chameau dans son village, situé à 90 kilomètres au nord-est de Nyala, capitale du Darfour-Sud.

"Les cavaliers arabes m'ont fouetté et m'ont forcé à rester debout sous le soleil brûlant jusqu'au crépuscule", confie l'octogénaire à l'AFP. "Puis ils ont autorisé leur bétail à brouter mes récoltes. Tout a été détruit."

M. Abdallah fait partie des quelque 700 personnes qui ont décidé de se réinstaller à Hamada ces dernières années, après avoir fui le conflit meurtrier au Darfour (ouest), débuté en 2003.


>>>LIRE AUSSI: Soudan: silence, on s'entre-tue à nouveau au Darfour


La récente attaque qu'il a subie n'est pas sans rappeler les pires heures du conflit qui a opposé les forces à majorité arabe du régime de l'ex-président Omar el-Béchir, destitué en avril 2019, à des minorités ethniques de la région s'estimant marginalisées.

Les violences ont fait environ 300.000 morts, surtout dans les premières années du conflit, et plus de 2,5 millions de déplacés, selon l'ONU.

En 2005, Hamada avait été attaqué par la milice armée des Janjawids, composée de nomades arabes à la solde de Béchir et accusés d'avoir commis des atrocités.

Ils avaient alors incendié des fermes, abattu des bêtes et engendré l'exode des 3.000 habitants du village qui se sont réfugiés - à l'instar du vieillard - dans des camps de déplacés au Soudan.


>>>LIRE AUSSI: Soudan: l'ONU et l'Union africaine mettent fin à une mission de 13 ans au Darfour

Constatant un apaisement du conflit, M. Abdallah a décidé en 2016 de se réinstaller dans son village, où la mission de paix de l'ONU et de l'Union Africaine (Minuad) menait alors des patrouilles régulières.

De retour sur ses terres fertiles, le paysan a repris la culture des oranges, des mangues et de légumes.

Des échauffourées ont parfois éclaté avec des éleveurs arabes sur l'accès à la terre ou des vols de bétail.
Le 08/02/2021 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi