Fermer

Violences en Afrique du Sud: au moins 6 personnes tuées

Mise à jour le 12/07/2021 à 11h42 Publié le 12/07/2021 à 11h42 Par Le360 Afrique - MAP

#Politique
violence Afrique du Sud
© Copyright : DR

#Autres pays : Au moins six personnes ont été tuées et plus de 200 autres arrêtées dans les manifestations déclenchées, ces derniers jours dans les provinces sud-africaines du Kwazulu-Natal et du Gauteng, suite à l'arrestation et à l'emprisonnement de l'ex-président Jacob Zuma, a annoncé lundi la police.

«Quatre personnes avaient été tuées dans des émeutes dans la province de Gauteng, qui regroupe notamment Pretoria et Johannesburg, et deux autres dans le KwaZulu-Natal depuis le début des émeutes vendredi dernier», a indiqué la police dans un communiqué.

Ce qui a commencé par des manifestations appelant à la libération de l'ancien président Jacob Zuma, incarcéré dans une prison du Kwazulu-Natal, s'est propagé dans certaines parties du Gauteng au cours du week-end, a-t-on souligné de même source.

>>> LIRE AUSSI: Afrique du Sud: l'ex président Jacob Zuma se constitue prisonnier

Des coups de feu et des explosions ont retenti, lundi matin, au Kwazulu-Natal, alors que le pillage des magasins et des commerces se poursuit depuis plusieurs jours. Les manifestants ont bloqué les principales routes de la province, incendié des véhicules et des camions et pillé plusieurs centres commerciaux. Certains ont été vus repartir avec des chariots remplis, notamment avec des appareils électroménagers, dont des téléviseurs et des machines à laver.

>>> LIRE AUSSI: Afrique du Sud: la plus haute cour réexamine la peine infligée à l'ex-président Zuma

Les manifestations violentes qui se sont déclenchées au KwaZulu-Natal et à Johannesburg ont continué à s'intensifier depuis l'emprisonnement de Zuma. La Cour constitutionnelle l'avait condamné, fin juin, à une peine de 15 mois de prison pour outrage à la justice.

En avril dernier, la Cour constitutionnelle avait examiné une requête déposée par la Commission anti-corruption réclamant de la prison pour Zuma pour son refus de témoigner devant elle. L'ex-président n'a pas respecté la décision de la plus haute juridiction du pays qui l'avait obligé à apporter son témoignage concernant les accusations de corruption portées contre lui.
Le 12/07/2021 Par Le360 Afrique - MAP

à lire aussi