Fermer

La Libye depuis la chute de Kadhafi: une décennie de chaos

Mise à jour le 22/12/2021 à 10h48 Publié le 22/12/2021 à 10h43 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Kadhafi
© Copyright : DR

#Autres pays : La Libye tente de s'extraire d'une décennie de violences depuis la chute de Mouammar Kadhafi, un chaos marqué ces dernières années par l'existence de pouvoirs rivaux dans l'Est et l'Ouest, sur fond d'ingérences étrangères.

Kadhafi tué

En février 2011, dans le sillage du Printemps arabe, une contestation violemment réprimée débute à Benghazi (est), avant de s'étendre.

En mars, une coalition emmenée par Washington, Paris et Londres lance une offensive après un feu vert de l'ONU.

Le 20 octobre, Kadhafi est tué dans un assaut rebelle contre sa région d'origine, Syrte.

Trois jours plus tard, le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion, proclame la "libération" du pays.

Premier scrutin libre

Le 7 juillet 2012, les Libyens élisent la première Assemblée nationale, un scrutin émaillé d'actes de sabotage et de violences dans l'Est.

Un mois plus tard, le CNT remet ses pouvoirs au Congrès général national (CGN, Parlement).

Missions diplomatiques attaquées

Après une attaque contre le consulat américain à Benghazi, qui a coûté la vie à l'ambassadeur en septembre 2012, et un attentat contre l'ambassade de France à Tripoli (ouest), en avril 2013, la plupart des missions diplomatiques étrangères ferment.

Autorités rivales

En juin 2014, après de nouvelles élections, le Congrès général national, dominé par les islamistes et de plus en plus contesté, est remplacé par un Parlement contrôlé par les anti-islamistes.

Mais fin août, après des semaines de combats meurtriers, une coalition de milices, en majorité islamistes, s'empare de Tripoli. Elle rétablit le CGN et installe un gouvernement.

Le gouvernement en place jusque-là et le Parlement tout juste élu s'exilent dans l'Est. Le pays se retrouve avec deux gouvernements et deux Parlements.

Fin 2015, des représentants de la société civile et des députés signent un accord parrainé par l'ONU. Un Gouvernement d'union nationale (GNA) est proclamé.

Son chef, Fayez al-Sarraj, s'installe à Tripoli en mars 2016, mais le cabinet parallèle, soutenu par l'homme fort de l'Est Khalifa Haftar, et le Parlement rejettent le GNA.

Offensives de Haftar

En juillet 2017, Haftar annonce la "libération totale" de Benghazi des jihadistes, après plus de trois ans de combats.

Début 2019, ses forces prennent Sebha, chef-lieu du Sud désertique et al-Charara, énorme champ pétrolier.

Le 4 avril, elles lancent une offensive vers Tripoli.

En juin 2020, les forces du GNA, aidées par la Turquie, reprennent l'ensemble de l'Ouest, en chassant les combattants de Haftar, soutenu notamment par la Russie, l'Egypte et les Emirats arabes unis.

Avancées

Le 23 octobre 2020, les parties signent un cessez-le-feu sous l'égide de l'ONU.

Le 13 novembre, 75 délégués libyens réunis en Tunisie s'entendent sur la tenue "d'élections nationales" en décembre 2021.

Le 10 mars 2021, le gouvernement de transition obtient la confiance du Parlement. Il remplace le GNA et le cabinet dans l'Est.

Doutes sur les élections

Début octobre, le Parlement confirme la tenue de la présidentielle le 24 décembre mais repousse à fin janvier les législatives.

Le 12 novembre, la communauté internationale appelle à des élections "inclusives" et "crédibles", en menaçant de sanctions tous ceux qui y feraient obstacle.

Le 8 décembre, le Haut Conseil d'Etat libyen (HCE), instance faisant office de Sénat, propose de reporter au mois de février la présidentielle en raison de désaccords persistants entre camps rivaux.

Absence de liste officielle de candidats

Le 11, la Haute commission nationale électorale décide le report de l'annonce de la liste des candidats retenus pour la présidentielle, rendant de plus en plus improbable la tenue du scrutin.

Le 21, la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) se dit «préoccupée par l'évolution de la situation sécuritaire à Tripoli», après le déploiement de groupes armés dans une banlieue de la capitale.

Présidentielle "impossible" à tenir vendredi

Le 22 décembre, une commission du Parlement libyen chargé du suivi de l'élection présidentielle conclut à "l'impossibilité" de tenir ce scrutin le 24 décembre, sans avancer de nouvelle date.
Le 22/12/2021 Par Le360 Afrique - Afp