Fermer

Egypte: bras de fer entre forces de l’ordre et manifestants au Caire

Publié le 25/04/2016 à 19h56 Par Ismail Ben Baba

#Société
Egypte
© Copyright : DR

#Autres pays : Les forces de sécurité ont quadrillé très tôt ce matin les principaux de lieux de la capitale où devaient se tenir des manifestations au cours de la journée. Ces protestations visent à montrer la colère des Egyptiens après la signature d’un accord controversé entre l’Egypte et l’Arabie saoudite.

Kiosque le360 afrique: Ces protestations traduisent la colère qui anime la majorité des Egyptiens après le récent accord signé en l’Egypte et l’Arabie saoudite concernant deux îles de la Mer rouge.

Selon dailynewsegypt.com, quelques heures avant le début des manifestations ce matin, les Forces centrales de sécurité (CFS) ont pris d’assaut les principales artères de la capitale annoncées comme lieux de rassemblement par les organisateurs desdits mouvements. La police a notamment augmenté le nombre de ses hommes au niveau des stations de métro du Caire.

La station de métro Sadate a été fermée à cause de sa proximité avec la place Tahrir, haut lieu emblématique de rassemblements des Egyptiens. dailynewsegypt.com indique que plusieurs appels à manifester ce lundi ont été formulés ces derniers jours.

Il ajoute que la protestation vise à montrer la colère de la population après la récente signature d’un accord entre l’Egypte et l’Arabie saoudite, en marge de la visite du roi saoudien, Salman Bin Abdul Aziz, au Caire à la mi-avril. Selon les termes de cet accord, l’Egypte s’engage à transférer la souveraineté des îles Tiran et Sanafir, situées en Mer Rouge, à l’Arabie saoudite.

Avocats, journalistes, médecins, étudiants... ils sont nombreux à prendre part à ces manifestations.

Le site d’information souligne que plusieurs journalistes ont été arrêtés par la police, et que le syndicat de la presse a appelé les forces de l’ordre à laisser les journalistes faire leur travail. Moustafa Reda, éditorialiste au journal Al-Tarek, et membre du parti social-démocrate égyptien, a été arrêté ainsi que cinq autres membres du même parti. De même, les journalistes Basma Mostafa, Eslam Al-Banna, Mohamed El-Sawi et quatre autres ont été arrêtés ce matin près de la place Tahrir.

Cependant, fait remarquer dailynewsegypt.com, malgré la forte présence policière dans la capitale, dissuadant les anti-Al Sissi de manifester, plusieurs douzaines de manifestants pro-régime ont manifesté dans les rues du Caire, chantant des slogans à la gloire de l’armée et du chef de l’Etat. En tout cas une chose est sûre: les protestataires ne comptent pas se laisser intimider par les forces de l’ordre.

Le 25/04/2016 Par Ismail Ben Baba