Fermer

RDC: au moins seize civils tués dans une attaque au nord-Kivu

Publié le 04/05/2016 à 12h10 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
RDC
© Copyright : DR

#Autres pays : Une attaque dans un village de Beni, nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) a fait au moins 16 morts.

L’insécurité est persistante dans l’est de la République du Congo. "C'était entre 20H00 et 22H00 que l'ennemi a contourné les positions de l'armée pour tuer, égorger des paisibles gens dans leurs maisons", a déclaré à l'AFP l'administrateur du territoire de Beni, Bernard Amisi Kalonda, sans préciser si les assaillants étaient des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF).

"Les seize corps sont devant moi, tués à la machette ou à la hache", a ajouté M. Amisi, interrogé par téléphone par l'AFP depuis Goma.
"C'était vers 20H00 (19H00 GMT) que nous avons entendu des gens crier et des tirs", a indiqué de son côté Adona Lesse, chef du village de Eringeti, ajoutant que "la fouille (des lieux) continue".

Le général Jean Baillaud, chef des Casques bleus de la mission de l'ONU en RDC, a déclaré à l'AFP pour sa part "qu'on parle de 17 morts". Le général était en route pour les lieux du massacre avec le général Kasereka, commandant des Forces armées de la RDC dans la province du Nord-Kivu.

Dans la région de Beni et aux confins de l'Ituri voisine, les rebelles ougandais de l'ADF sont régulièrement accusés d'être les responsables d'une succession de massacres et d'attaques contre des civils.

Selon l'ONU, ces attaques ont coûté la vie à plus de 500 civils depuis 2014. En décembre, l'ONU s'était déclarée "déterminée" à aller "jusqu'au bout" du combat lancé contre les rebelles ougandais des ADF, auteurs de plusieurs tueries.

La dernière attaque d'envergure de ces rebelles date du 29 novembre. Selon l'ONU, 24 personnes dont un Casque bleu malawite avaient péri dans un assaut contre la ville d'Eringeti, à la lisière du territoire de Beni et de l'Ituri.

Le Nord-Kivu est déchiré depuis plus de vingt ans par des conflits armés alimentés par des différends ethniques et fonciers, la concurrence pour le contrôle des ressources minières et des rivalités entre puissances régionales.

Le 04/05/2016 Par Le360 Afrique - Afp