Fermer

Centrafrique: le procureur de la Cour pénale spéciale a prêté serment

Publié le 30/06/2017 à 15h47 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
Cour spécial de la Centrafrique

Toussaint Muntazini, procureur de la Cour pénale spéciale de Bangui (Centrafrique).

© Copyright : DR

#Autres pays : La Cour pénale spéciale, créée légalement en 2015, pour instruire et juger les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre, peut désormais fonctionner. Le procureur et cinq juges de celle-ci ont prêté serment ce vendredi 30 juin 2017.

Le procureur et cinq juges de la Cour pénale spéciale (CPS), qui doit instruire et juger les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre commis en Centrafrique depuis 2003, ont prêté serment vendredi, a constaté un journaliste de l'AFP.

"J'ai un sentiment de gratitude à l'égard du peuple centrafricain et du président (Faustin-Archange) Touadéra qui m'a nommé Procureur spécial", a déclaré Toussaint Muntazini, nouveau procureur de la CPS, à l'issue de la prestation de serment au Tribunal de grande instance de Bangui.

"Les défis sont immenses de juger des crimes commis sur le territoire centrafricain depuis 2003, alors que les groupes contrôlent une partie du territoire", a-t-il souligné.


LIRE AUSSI : Centrafrique: plus de 40 morts dans des combats à Bria


La Cour pénale spéciale, créée légalement en 2015 mais pas encore opérationnelle, comptera 11 juges étrangers - parmi lesquels ont déjà été nommés une Française, une Burkinabè et un Canadien - ainsi que 13 juges centrafricains, pour un total - en comptant le procureur - de 25 magistrats.

La Cour devrait commencer son travail d'enquêtes à l'automne 2017 pour des raisons techniques, le temps de mettre en place le règlement de procédures et de preuves.

En mai, l'ONU avait publié un rapport recensant douze ans de crimes parmi "les plus abominables" commis par l'armée ou des groupes armés en Centrafrique entre 2003 et 2015.
Le 30/06/2017 Par Le360 Afrique - Afp