Fermer

Vidéo. Somalie: le bilan de l'attentat se monte à plus de 300 morts

Mise à jour le 16/10/2017 à 14h01 Publié le 16/10/2017 à 13h32 Par Mar Bassine

#Société
le bilan de l'attentat monte à plus de 300 morts
© Copyright : DR

#Autres pays : Le bilan de l'attentat de Mogadiscio ne cesse de s'alourdir et l'on s'éloigne de plus en plus des 18 morts annoncés quelques minutes après la dénotation. Désormais, c'est par centaines que se comptent les corps, auxquels s'ajoutent les portés disparus et les blessés graves à l'article de la mort.


Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier jamais commis dans la capitale somalienne. Lundi matin, les dernières estimations faisaient état de plus de 300 morts, soit le double de ce qui avait été annoncé 24h plus tôt. C'est Abdalkadir Abderahman, le chef des services ambulanciers, qui fournit ce chiffre affligeant. Sans entrer dans une macabre comptabilité, il est permis de constater qu'il s'agit de l'attentat le plus meurtrier depuis celui perpétré contre les Twin Towers de New York le 11 septembre 2001. 


Rien qu'à l'hôpital Al Madina, le principal de la ville, ce ne sont pas moins de 218 corps qui ont été acheminés à la morgue, la plupart étant impossibles à identifier, selon le directeur de l'établissement interrogé par Radio France Internationale (RFI). Plusieurs témoins affirment qu'à plusieurs mètres à la ronde, des parties de corps déchiquetés gisaient et qu'il était impossible de les identifier. Sur les murs également, des traces de sang, des bouts de chair. Le ministre somalien de l'Information avait annoncé quelque 276 personnes décédées, un peu plus tôt. 


LIRE AUSSI: Somalie: plus de 137 morts et 300 blessés dans l'attentat de Mogadiscio


Mais tous ces bilans pourraient s'alourdir dans les heures à venir. D'une part, parmi les centaines de personnes blessées, des dizaines pourraient ne pas survivre à cause de la gravité de leur état. D'autre part, des dizaines d'autres personnes sont portées disparues. 

La question qui se pose est de savoir si la fragile paix qui commençait à s'installer survivra à cet attentat attribué aux Shebabs. Ces derniers ne l'ont pas encore revendiqué, mais tout le monde s'empresse de dire qu'ils sont les seuls capables d'un acte de cette ampleur. Ce sont également les seuls ayant intérêt à le commettre pour torpiller la paix. 

Le nouveau président Mohamed Abdullahi Mohamed dit Al-Framajo (le Fromage) a décrété un deuil national de 3 jours, après avoir donné son sang et appelé ses compatriotes à faire de même. Après son élection en février dernier, il avait promis de débarrasser le pays des Shebabs d'ici 2019. Mais cet attentat montre que la tâche ne sera sans doute pas facile. 





Le 16/10/2017 Par Mar Bassine

à lire aussi