Fermer

Cameroun: 15 villageois ensevelis sur un site minier

Publié le 04/01/2018 à 17h10 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne

#Société
orpailleurs
© Copyright : DR

#Autres pays : La recherche des corps se poursuit dans ce énième puits laissé ouvert après exploitation par une firme chinoise. Pour l'heure, 7 corps on été retrouvés.

Un drame de trop, survenu le 30 décembre dernier, a endeuillé un village de la région de l’est. Trois jours plus tard, les recherches se poursuivent sur le site minier de Ngoe Ngoe, pour retrouver les corps de 15 riverains ensevelis dans des puits restés ouverts après exploitation par une firme chinoise. Seuls 7 corps ont été retrouvés et déterrés à ce jour.

Ce drame vient remettre au goût du jour la question de la fermeture des puits miniers après exploitation. Car selon les premiers éléments d’enquête, les villageois ont été ensevelis à la suite d’un éboulement de terre alors qu’ils ratissaient des trous béants de 200 mètres creusés par un exploitant chinois. Les victimes étaient rassemblées dans ces trous pour extraire de l'or des restes de gravier.


LIRE AUSSI: Guinée-Mali: une rixe entre orpailleurs maliens et guinéens fait 17 morts


Sur ce site minier, 49 personnes sont décédées par ensevelissement depuis 10 mois. Des dizaines d’autres drames ont également été enregistrés les années précédentes. Parfois, les victimes sont de jeunes élèves qui désertent les salles de classe en quête d’or. Malheureusement, les demandes des autorités aux exploitants de reboucher les puits n'ont eu aucun effet car la condition n’est pas inscrite dans leur cahier de charges.

Selon l’association Forêts et développement rural (Foder), 250 chantiers miniers ont été ouverts et non refermés entre 2012 et 2014 par les entreprises de mines semi-mécanisées exerçant dans la région de l’est du Cameroun. Au-delà des drames humains qu’ils engendrent régulièrement, c’est un problème environnemental qui impacte sur le règne animal et végétal.

Le 04/01/2018 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne

à lire aussi