Fermer

Cameroun. Accident de la route: 21 morts dans un accident de car

Publié le 16/01/2018 à 12h29 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne

#Société
accidents de la route
© Copyright : DR

#Autres pays : Dans la soirée de samedi, un gros porteur a perdu ses freins et terminé sa course dans un ravin à Dschang. En plus des morts, de nombreux disparus et une trentaine de blessés graves.

La triste tradition se poursuit. A peine 2018 a-t-elle démarré que les routes camerounaises font déjà des morts. Au moins 21 personnes ont perdu la vie dans un accident survenu dans la soirée de samedi dernier.

Le drame est survenu aux environs de 22 heures dans la ville universitaire de Dschang, dans l’ouest du pays, où le voyage de nuit est particulièrement prisé. Sauf que la qualité de la route et l’éclairage public font défaut.

En effet, le gros porteur de 70 places, parti de Dschang à destination de Douala, a roulé à peine 7 km avant d’échouer dans un ravin. Selon Augustine Awa Fonka, le gouverneur de la région de l’Ouest, qui s'est rendu sur les lieux de l’accident aux premières heures dimanche: «L’accident a été causé par un car de transport clandestin non immatriculé et non encore identifié. Au niveau de la falaise de Dschang, ses freins ont lâché. Le bilan est de 21 morts, 38 blessés et 5 rescapés».


LIRE AUSSI: Cameroun: des routes de plus en plus meurtrières


Les membres des familles des victimes arrivées sur les lieux du drame sont cependant sans nouvelles de leurs proches. L’une d’entre elles dit être venue identifier les membres de sa famille, qu’elle a accompagnés à la gare routière. Sur quatre personnes, deux sont blessées, l'une est décédée et une dernière reste introuvable. Une survivante, la soixantaine, assure que le véhicule était surchargé, avec des gens assis à même le sol…

Sans bordereau d’enregistrement de passagers, impossible de déterminer le nombre de personnes effectivement à bord. Les recherches se poursuivent. Les corps retrouvés, dont beaucup n'ont pas encore été identifiés, sont entreposés à la morgue de l’hôpital de district de Dschang et à l’hôpital des sœurs de Batsingla.

Aucun communiqué officiel n'a été publié à ce jour. Le silence du gouvernement, notamment celui du ministre des Transports, est bien la preuve que les morts sur les routes camerounaises sont banals et banalisés.


Le 16/01/2018 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne