Fermer

Niger: le bilan de l'attaque de Toumour s'alourdit

Mise à jour le 19/01/2018 à 16h56 Publié le 19/01/2018 à 16h36 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
soldats nigériens
© Copyright : DR

#Autres pays : Le nombre de soldats nigériens tués dans l'attaque du groupe terroriste Boko Haram à Toumour le 17 janvier s'alourdit. Au moins 7 militaires ont perdu la vie.

Au moins sept éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS) nigériennes ont été tués dans l'attaque terroriste menée mercredi soir par le groupe Boko Haram contre leur compagnie à Toumour, dans la région de Diffa (extrême sud-est), proche de la frontière du Nigeria, a-t-on appris vendredi de source militaire. Pour l'heure, les autorités nigériennes n'ont fait aucune déclaration officielle.

On précise de même source que l'attaque avait aussi fait une dizaine de blessés, que des soldats sont portés disparus et qu'une dizaine de véhicules et des munitions ont été emportés par les assaillants qui ont brûlé plusieurs autres véhicules. Ces derniers seraient venus à bord de plusieurs véhicules équipés d'armes lourdes dont ceux placés en tête peints aux couleurs de l'armée nigériane pour tromper la vigilance des militaires nigériens.


LIRE AUSSI: Secrètement présents au Niger, des soldats américains tués dans une embuscade


Cette attaque intervient après une relative accalmie depuis près d'un an dans cette partie du Niger grâce notamment aux efforts des FDS appuyées par les armées des pays voisins (Tchad, Cameroun et Nigeria) dans le cadre d'une force multinationale mixte. Elle intervient également alors que depuis février 2015, la région de Diffa est la cible d'attaques meurtrières de Boko Haram qui ont fait des centaines de victimes civiles et militaires nigériennes et des milliers de déplacés au Niger et au Nigeria.

Par ailleurs, une trentaine de nouveaux combattants de la secte se sont rendus aux autorités de la région dans le centre de déradicalisation mis en place par le gouvernement en décembre 2016. Au total, ils sont environ 200 terroristes à s'être repentis et s'être rendus aux autorités depuis le début de l'opération.
Le 19/01/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi