Fermer

Cameroun: le cortège du Premier ministre impliqué dans un accident de la circulation

Mise à jour le 24/08/2018 à 17h03 Publié le 24/08/2018 à 10h58 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
accidents
© Copyright : DR

#Autres pays : L’un des véhicules du cortège du chef du gouvernement a violemment percuté une autre voiture sur la route reliant les villes de Yaoundé et Bafoussam le 22 août 2018, faisant des blessés selon diverses sources.

Le cortège du Premier ministre, Philemon Yang, s’est retrouvé impliqué dans un accident de la circulation survenu le 22 août 2018 sur la nationale N°4 reliant les villes de Yaoundé (Centre) et de Bafoussam (Ouest), rapportent des médias camerounais en ligne. L’un des véhicules du cortège aurait violemment percuté un autre à l’entrée de la capitale, apprend-on. L’excès de vitesse serait à l’origine de la collision.

L’accident s’est produit alors que le chef du gouvernement revenait de la région du Nord-Ouest où il a notamment tenu des réunions à Bamenda, la capitale régionale et bastion de la crise anglophone, pour trouver de «nouvelles stratégies» pour obtenir des votes pour le chef de l’Etat Paul Biya, président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) et candidat du parti à l’élection présidentielle du 7 octobre prochain.


LIRE AUSSI: Cameroun. Accidents de circulation: Paul Biya prône des «sanctions appropriées»


Les versions ne s’accordent toutefois pas sur le bilan de cet accident. Certaines sources parlent de trois blessés. D’autres par contre avancent le chiffre de deux blessés et d’un mort. Mais rien d’officiel pour le moment, l’information n’ayant fait l’objet d’aucun communiqué des services du Premier ministre. Même si des sources officieuses à la Primature confirment l’accident. Lequel survient au moment où l’envoyé spécial du secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) chargé de la prévention et de la sécurité routière, Jean Todt, effectue une visite de travail au Cameroun. Ce dernier a remis un rapport aux autorités locales pour améliorer la situation de la sécurité routière dans le pays.


LIRE AUSSI: Cameroun: des routes de plus en plus meurtrières


Quelque 6.000 personnes ont perdu la vie sur les routes en 2016, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Des décès imputables notamment à l’homme, car «90% des accidents sur les routes sont dus à des erreurs humaines», a déclaré l’envoyé spécial su secrétaire général de l’ONU.

Le 20 août dernier, le sous-préfet de Figuil, localité de la région du Nord, a trouvé la mort dans un accident de la circulation sur la route menant à Ngaoundéré, la capitale régionale de l’Adamaoua. Son épouse et son fils aîné ont également péris dans cet accident. L’axe routier Douala-Yaoundé a été identifié par l’ONU comme l’une des voies les plus accidentogènes au monde.


Le 24/08/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi