Fermer

Piraterie: un navire suisse attaqués au Nigeria et 12 membres de l'équipage enlevés

Mise à jour le 23/09/2018 à 16h37 Publié le 23/09/2018 à 14h47 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
Piraterie
© Copyright : DR

#Autres pays : Un navire opérant sous pavillon suisse a été attaqué samedi par des pirates au large du Nigeria et 12 membres de l'équipage ont été enlevés, a-t-on appris auprès du ministère suisse des Affaires étrangères et de l'armateur.

L'armateur, Massoel Shipping, a indiqué que des pirates avaient attaqué tôt samedi matin son navire, le Glarus, avec 19 membres d'équipage à bord, qui transportait du blé de Lagos à Port Harcourt (sud du Nigeria).

L'attaque s'est produite à quelque 45 milles nautiques au sud-ouest de l'île de Bonny, selon la compagnie basée à Genève. "Après avoir détruit la majeure partie des équipements de communication du navire, le gang est reparti en prenant 12 des 19 membres d'équipage en otages", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

"Toutes les autorités compétentes ont été averties", ajoute l'armateur, qui dit avoir fait appel à des spécialistes pour "assurer une libération rapide et sans danger des personnes enlevées". La nationalité des membres d'équipage pris en otages n'a pas été précisée.


LIRE AUSSI: Golfe de Guinée. Piraterie: deux officiers marocains de la marine marchande kidnappés dans les eaux nigérianes


Plus tôt, le ministère suisse des Affaires étrangères avait indiqué avoir été "informé de l'attaque du navire battant pavillon suisse Glarus en route le long des côtes nigérianes".

En 2017, sur 16 incidents à travers le monde où des bateaux ont essuyé des coups de feu, sept ont été recensés dans le Golfe de Guinée. Dix prises d'otages de 65 membres d'équipages au total ont été perpétrées l'an dernier dans les eaux au large du Nigeria.

Les pirates opérant au large du Nigeria, du Togo ou du Bénin sont généralement bien armés et violents. Ils détournent parfois les navires pendant plusieurs jours, le temps de piller les soutes, et brutalisent les équipages, de moins en moins enclins à naviguer dans ces eaux. D'autres les relâchent après paiement d'une rançon.
Le 23/09/2018 Par Le360 Afrique - Afp