Fermer

Cameroun: panique dans un hôtel à Douala après des coups de feu

Mise à jour le 25/09/2018 à 13h26 Publié le 25/09/2018 à 13h22 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
Les clients du huppé hotel Sawa réveillé par des coups de feu

L'hôtel Sawa de Douala est fait partie des endroits fréquentés par la haute société.

© Copyright : DR

#Autres pays : Les forces de sécurité ont mené une opération aux alentours de l’établissement, hier, lundi 24 septembre 2018. Les autorités parlent d’une fausse alerte.


Les clients résidant à l’hôtel Sawa, l’un des plus huppés de Douala, la métropole économique camerounaise, ont vécu un après-midi mouvementé ce lundi 24 septembre 2018. En cause, des coups de feu tirés qui ont provoqué la panique chez les riverains et les clients de cet hôtel situé en plein quartier administratif à Bonanjo. Aux environs de 16 heures locales, le consulat de France situé non loin de là a émis une alerte. «Une opération de police a lieu actuellement aux abords de l’hôtel Sawa à Bonanjo. Un échange de coups de feu s’est produit entre la police et les bandits qui seraient au nombre de cinq. Merci d’éviter cette zone pour l’instant», indiquait le message du consul-adjoint, relayé sur les réseaux sociaux.


>>>LIRE AUSSI: Cameroun: des coups de feu tirés sur l’archevêché de Douala

En fin de journée, les autorités locales ont évoqué une fausse alerte. «Les enquêtes approfondies immédiatement ouvertes ne font ressortir aucune menace au sein de l’établissement, qui a subi une fouille systématique de tous ses compartiments après les coups de feu de sommation préventive tirés par les éléments de sécurité», indique un communiqué du gouverneur de la région du Littoral. Celui-ci rassure par ailleurs sur l’efficacité du dispositif de sécurité dans la région, tel qu’illustré par «la promptitude avec laquelle cet incident a été géré et circonscrit».


>>>LIRE AUSSI: Echanges de coups de feu entre militaires à la frontière ivoiro-malienne

Un retour au calme confirmé par la direction de l’hôtel. «Des personnes suspectes se trouvant dans la rue et qui tentaient d’échapper à une interpellation des agents des forces de sécurité ont pénétré dans l’enceinte de l’hôtel. Les forces de sécurité ont usé de tirs de sommation pour mettre fin à la course de ces individus qui ont été appréhendés par la suite. A 16h30, le site était totalement sécurisé et la zone rouverte à la circulation», précise le communiqué du directeur de l’hôtel Sawa.

Ces évènements interviennent alors que des rumeurs courent sur la présence présumée de combattants sécessionnistes dans les grandes villes du pays. Ceux-ci tenteraient d’y perpétrer des actions d’éclat, alors que la date du 1er octobre, qui commémore la naissance de la République fédérale du Cameroun, suite à la réunification du Cameroun français et du Southern Cameroon britannique en 1961, se rapproche.
Le 25/09/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell