Fermer

RDC: l'Ebola fait 118 décès

Mise à jour le 10/10/2018 à 20h41 Publié le 10/10/2018 à 20h21 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
Ebola
© Copyright : DR

#Autres pays : L'épidémie de fièvre Ebola a tué 118 personnes dont trois enfants dans l'est de la République démocratique du Congo où les autorités ont annoncé des mesures contre "les agressions" des personnels de santé et le "non-respect des mesures prévention".

Le ministère de la Santé a enregistré dans son dernier bulletin mardi "sept nouveaux cas confirmés, dont six à Beni", parmi lesquels "trois décès communautaires ( hors hôpital). Il s’agit de trois enfants qui ont été en consultation dans le même dispensaire".

Au total l'épidémie a tué 83 personnes parmi les cas confirmés plus 35 parmi les "cas probables", la plupart des personnes étant mortes avant le début des prélèvements et le signalement de l'épidémie le 1er août.

Il y a eu 51 cas de guérison et 15.279 personnes ont été vaccinées, souligne le ministère de la Santé.

Les "équipes de la riposte" anti-Ebola vont pouvoir "faire appel aux forces de l'ordre pendant les prélèvements et les enterrements dignes et sécurisés", indique le ministère de la Santé.

Il s'agit de l'une des mesures prises par "les autorités urbaines" de Beni après les "nombreuses agressions des équipes de la riposte" et le "non-respect des mesures de prévention".


LIRE AUSSI: Ebola: des chercheurs espagnols veulent aboutir à un vaccin universel


Les guérisseurs et "tradipraticiens" devront aussi "référer tout cas suspect au Centre de Traitement d’Ebola (CTE) sous peine de voir leur centre être fermé et d’être interdit de pratiquer toute forme de médecine".

Les autorités ont aussi proclamé "l’interdiction de délibérément garder un cas suspect et l’empêcher de se rendre au CTE sous peine d’être sanctionné pénalement".

Des volontaires de la Croix rouge ont été blessés lors d'un "enterrement digne et sécurisé" d'un cas suspect d'Ebola la semaine dernière.

Outre ces résistances, la riposte est compliquée par la situation sécuritaire au nord de Beni, fief du groupe armée ADF qui massacre des civils.
Le 10/10/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi