Fermer

Cameroun: avant les 79 de Bamenda, 11 élèves avaient déjà été enlevés

Mise à jour le 07/11/2018 à 11h50 Publié le 07/11/2018 à 11h49 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
Cameroun: avant les 79 de Bamenda, 11 élèves avaient déjà été enlevés
© Copyright : DR

#Autres pays : Un total de 90 élèves ont été enlevés puis libérés, dans deux enlèvements distincts, en cinq jours dans le même établissement scolaire de la région du Nord-Ouest du Cameroun théâtre de troubles indépendantistes, ont annoncé mercredi l'Église presbytérienne du Cameroun et les autorités.


"Mercredi 31 octobre, 11 élèves de l'institution ont été enlevés", a expliqué l’Église en charge de la Presbyterian Secondary School de Nkwen, à Bamenda, la capitale régionale du Nord-Ouest.

"Ces élèves ont été libérés", a indiqué l'Eglise sans donner davantage de détails. L'information sur ce premier enlèvement avait été tenue confidentielle par l'établissement presbytérien en raison de négociations en cours avec les ravisseurs, a expliqué à l'AFP une source proche de l'établissement.

Quelques jours plus tard, lundi, 79 élèves ont été enlevés dans la même école par des hommes armés. Les autorités camerounaises ont annoncé mercredi matin leur libération.


>>>LIRE AUSSI: Cameroun. Crise anglophone: 79 élèves enlevés dans le nord-ouest du pays

Le déroulé des événements, l'identité des ravisseurs et les conditions de libération de ces 90 élèves brièvement kidnappés restaient floues. Dans une vidéo de 6 minutes obtenue par l'AFP lundi soir, onze garçons d'une quinzaine d'années déclinaient un à un, en anglais, leur identité et indiquaient avoir été enlevés par les "Amba boys", les séparatistes anglophones.

Deux sources concordantes avaient indiqué mardi à l'AFP que ces jeunes garçons étaient bien élèves à la PSS. Selon la source proche de l'établissement, ces élèves seraient les 11 enlevés le 31 octobre.

C'était la première fois qu'un tel enlèvement de masse se produisait au Cameroun. Il est pratiqué dans le nord du Nigeria voisin par le groupe jihadiste Boko Haram, comme à Chibok où plus de 200 jeunes filles avaient été enlevées dans leur internat en 2014, suscitant l'indignation du monde entier.

Dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, une crise socio-politique sans précédent s'est installée fin 2016. Elle s'est transformée fin 2017 en conflit armé. Des affrontements entre armée et séparatistes, regroupés en groupes épars dans la forêt équatoriale, s'y produisent quasiment tous les jours depuis plusieurs mois.

Les séparatistes ont décrété un boycott des établissements scolaires, estimant que le système scolaire francophone marginalise les étudiants de la minorité anglophone du pays. Les attaques de séparatistes armés contre des écoles sont nombreuses depuis le début du conflit.
Le 07/11/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi