Fermer

Cameroun: une télévision brave la suspension du Conseil national de la communication

Mise à jour le 08/01/2019 à 16h51 Publié le 08/01/2019 à 15h44 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
TV Vision 4
© Copyright : DR

#Autres pays : Suspendue de diffusion durant un mois pour fausse nouvelle sur la mort du président gabonais Ali Bongo, la chaîne de télévision Vision 4 continue d’émettre. Le patron de cette chaîne évoque les multiples «appels» à continuer son travail, alors que le régulateur reste muet.

La chaîne de télévision privée "Vision 4" a décidé de braver le Conseil national supérieur de la communication (CNC) en continuant d’émettre, malgré la suspension de diffusion d’un mois infligée le 19 décembre dernier par le régulateur pour fausse nouvelle sur la mort du président gabonais Ali Bongo. «Nous avons décidé de continuer notre mission d’information, d’éducation et de divertissement des peuples camerounais et du monde», indique la chaîne dans un communiqué publié fin décembre 2018. Ce n’est pas la première fois que le CNC prononce des sanctions contre Vision 4. Mais celles-ci sont le plus souvent sans effet.


LIRE AUSSI: Cameroun: une télévision suspendue pour avoir annoncé la mort d’Ali Bongo


Pour le PDG du Groupe L’Anecdote, consortium de médias regroupant la chaîne de télé Vision 4, la radio Satellite FM et le journal L’Anecdote, «cette énième suspension à tête chercheuse et ciblée est allée au-delà du décret du président de la République organisant le CNC qui ne prévoit pas dans son article 6 des sanctions contre les directeurs de publication». «Exacerbé par ces sanctions récurrentes, ciblées et inappropriées qui s’apparentent à un acharnement», le patron du Groupe L’Anecdote, Jean Pierre Amougou Belinga, avait décidé de fermer définitivement son groupe de presse dès le 1er janvier 2019.


LIRE AUSSI: Cameroun: sale temps pour les professionnels des médias


Mais il est revenu sur sa décision suite «à l’appel du sommet de l’État camerounais, aux appels et soutiens de deux chefs d’État de la sous-région, de nombreux compatriotes et au regard des marches patriotiques programmées par les leaders d’opinion, des hommes politiques, des fidèles lecteurs, auditeurs et téléspectateurs et les risques de troubles à la paix sociale», dit-il. Pour rappel, la chaîne de télévision Vision 4 a écopé d’un mois de suspension de diffusion pour avoir annoncé le décès du président gabonais Ali Bongo dans une des éditions de son journal en fin octobre dernier.


LIRE AUSSI: Cameroun: RSF demande la «remise en liberté immédiate» de l’ex-DG de la télévision publique


«Suite à la diffusion dans l'édition du journal télévisé du 27 octobre 2018 d'une déclaration non fondée annonçant le décès du président de la République du Gabon, le CNC a décidé de suspendre pour une durée d'un mois la chaîne (...) Vision 4», avait annoncé le régulateur dans un communiqué le mois dernier. Avant cette décision, la Haute autorité de communication gabonaise (HAC) avait, à l’issue de sa séance plénière ordinaire le mardi 30 octobre 2018 à Libreville, décidé de la suspension de la diffusion des programmes de Vision 4 sur tous les bouquets des distributeurs disponibles dans le pays durant six mois.
Le 08/01/2019 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell