Fermer

Egypte: deux moines condamnés à mort pour l'assassinat d'un évêque

Publié le 23/02/2019 à 13h49 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
Egypte: deux moines coptes assassinent l'un de leurs évêques

Un prêtre copte.

© Copyright : DR

#Autres pays : La justice égyptienne a condamné à mort samedi deux moines coptes orthodoxes accusés du meurtre d'un évêque, une affaire qui avait défrayé la chronique et secoué cette importante communauté chrétienne à l'été 2018, a indiqué une source judiciaire.

L'évêque Epiphanius, 68 ans, dirigeait le monastère Saint-Macaire de Scété, à Wadi el-Natroun, au nord-ouest du Caire. Son corps avait été retrouvé fin juillet dans un couloir du monastère avec des blessures à la tête, selon l'Eglise.

Le parquet avait accusé les moines Isaïe al-Makari et Philotheos al-Makari de s'être mis d'accord pour tuer l'évêque Epiphanius après des "différends" non spécifiés.

"Les dossiers des deux accusés du meurtre de l'évêque Epiphanius ont été transmis au mufti afin d'obtenir son avis sur leur exécution", a indiqué la source judiciaire.


LIRE AUSSI: Egypte: deux moines coptes assassinent l'un de leurs évêques


La loi égyptienne impose aux juges de recueillir l'avis non contraignant du grand mufti d'Egypte, une haute autorité religieuse qui confirme presque systématiquement les condamnations à mort.

Les juges devraient annoncer leur décision finale le 24 avril, après avoir reçu l'avis du mufti. Les deux accusés pourront alors faire appel de cette condamnation.

Isaïe al-Makari, de son nom civil Waël al-Saad, avait avoué avoir commis le meurtre en raison de "désaccords", selon le procureur. Il a été rapidement défroqué après la découverte du corps.


LIRE AUSSI: Egypte: un autre moine copte tué par des moines, une affaire étrange


Cette affaire avait placé sous les feux des projecteurs un clergé très discret, provoquant l'émoi au sein de la communauté chrétienne la plus importante du Moyen-Orient.

Les Coptes sont estimés à environ 10% des environ 100 millions d'Egyptiens. Faiblement représentés au sein des grandes institutions publiques, ils sont également la cible de violences d'extrémistes, notamment du groupe Etat islamique.
Le 23/02/2019 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi