Fermer

Cameroun. Détournement de deniers publics: un maire et un ancien sous-préfet en prison

Mise à jour le 27/02/2019 à 08h12 Publié le 27/02/2019 à 08h12 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
Autoroute
© Copyright : DR

#Autres pays : Quatorze personnes ont été écrouées dans le cadre d’une affaire de détournement de deniers publics liée à l'indemnisation des riverains concernés par le projet d'autoroute Douala-Yaoundé.

L’actuel maire de la commune de Lobo, localité située à une trentaine de kilomètres de la capitale, et l’ancien sous-préfet de cette circonscription administrative dorment à la prison centrale de Yaoundé depuis le 22 février courant, rapportent les médias publics.

Louis Coty Eloundou Ndongo et Abdou Kaïgama font partie des 14 personnes écrouées au terme de plusieurs heures d’audition au Tribunal criminel spécial (TCS), juridiction créée en 2011 et en charge notamment de réprimer les infractions de détournements de deniers publics lorsque le préjudice atteint un montant minimum de 50 millions de francs CFA.

Les deux agents d'autorité sont poursuivis pour détournement présumée des indemnisations des riverains concernés par le projet de l’autoroute Douala-Yaoundé. Il leur est en effet reproché d’avoir indûment perçu l’argent des indemnisations en lieu et place des ayants-droit déplacés par le tracé de ce projet devant relier les deux plus grandes métropoles du pays.


LIRE AUSSI: Cameroun: la BICEC se remet d'un détournement de 50 milliards FCFA


Le montant des fonds frauduleusement perçu n’a pas été dévoilé. Toutefois, certaines sources citées notamment par le quotidien national Cameroon tribune parlent de plusieurs millions de francs CFA détournés aux dépens des riverains affectés par ce projet.

En 2015, pour manifester leur mécontentement, les riverains avaient organisé des sit-in sur le site des travaux, réclamant le paiement de leurs droits. Certains dénonçaient par ailleurs la modicité des indemnisations qui leur étaient allouées. A noter que plusieurs chefs de village et des responsables locaux du ministère des Domaines, du cadastre et des affaires foncières et celui de l’Agriculture et du développement rural figurent parmi les personnes mises en cause dans le cadre de cette affaire.
Le 27/02/2019 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi