Fermer

Cameroun: six pêcheurs morts noyés

Publié le 17/04/2019 à 11h57 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Société
Pêcheurs sénégalais
© Copyright : DR

#Autres pays : Alors que les recherches des dépouilles se poursuivent, trois corps ont été repêchés des eaux par les équipes de secours ce début de semaine, après le chavirement d'une embarcation survenu dimanche dernier sur le fleuve Wouri qui arrose Douala, la métropole économique.


Après les recherches entamées par les autorités locales depuis dimanche, les corps de trois des six pêcheurs disparus le week-end dernier ont été repêchés ce début de semaine. Les dépouilles extraites du fleuve Wouri qui arrose Douala, la métropole économique, étaient en état de décomposition avancée et ont été immédiatement inhumés. Les recherches se poursuivent ainsi pour retrouver les corps des trois pêcheurs restants, après l'incident survenu dimanche.


>>>LIRE AUSSI: Mauritanie: 12.000 pêcheurs sénégalais seront expulsés, malgré l'accord conclu avec Dakar

Initialement, la pirogue, avec à son bord sept personnes, s'était engagée dans les eaux pour une partie de pêche. Après son chavirement pour des raisons non encore élucidées, un seul des occupants a pu nager et rejoindre la rive, avant d'informer les populations sur le drame qui se nouait sur le fleuve. Compte tenu du peu de professionnalisation de l'activité de pêche dans le pays, les pêcheurs des villages environnant sont souvent peu équipés et il n'est pas rare qu'ils exercent sans des équipements élémentaires comme les gilets de sauvetage.

Par ailleurs, le fleuve Wouri, dont l'estuaire est situé à Douala, fait partie des cours d'eau les plus importants du pays. Ses rives abritent notamment le port de Douala, par où passe actuellement près de 90% du trafic des marchandises à destination de l'intérieur du pays et de ceux de l'hinterland comme la République centrafricaine (RCA) et le Tchad. Compte tenu du fait qu'il traverse la ville, ce fleuve est très fréquenté et les accidents y sont courants.

Le 17/04/2019 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi