Fermer

RDC: près de 700 exécutions sommaires et extrajudiciaires en 6 mois, selon l'ONU

Mise à jour le 25/07/2019 à 14h05 Publié le 25/07/2019 à 14h02 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
RDC Violences
© Copyright : DR

#Autres pays : Près de 700 personnes ont été victimes d’exécutions sommaires et extrajudicaires de janvier à juin 2019 en République démocratique du Congo (RDC), selon un décompte de l'ONU. Plus grave encore, un tiers de ces atrocités ont été commises par les forces de sécurité. Explications.

Les membres des forces de l’ordre et de sécurité sont désignés comme responsables “d’au moins 245” exécutions extrajudiciaires et les groupes armés “d’au moins 418” exécutions sommaires, selon le rapport  semestriel du bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’Homme (BCNUDH).

Dans l’ensemble, le BNUDH a documenté “3.039 violations et atteintes aux droits de l’homme sur l’ensemble du territoire de la RDC, soit une baisse par rapport à la même période l’année précédente (3.324 violations)”, a déclaré Abdoul Aziz Thioye son directeur en RDC.


LIRE AUSSI: RD Congo: 45 morts dans des violences dans l'ouest du pays


Quant aux responsables de ces violations des droits de l’Homme, les membres des forces de l’ordre et de sécurité viennent en tête avec “59% des violations”, les groupes armés étant eux responsables de “41%” de ces violations, a-t-il indiqué.

Baisse de près de 8% sous Tshisekedi

“Parmi les agents de l’État, les militaires de (l’armée congolaise) sont ceux ayant commis le plus grand nombre de violations, avec plus d’un quart du nombre total de violations documentées par le BCNUDH au cours du semestre”, a-t-il expliqué.


LIRE AUSSI: RDC. Regain de viols et violences pour des raisons obscures


“Près de 81%” de ces violations “ont été commises dans les provinces affectées par le conflit, dont près de la moitié commise par des agents de l’État et l’autre moitié par des combattants de groupes armés”, selon Thioye.

Au premier semestre, “461 violations liées à des restrictions à l’espace démocratique sur l’ensemble du territoire, soit une baisse de près de 8% par rapport à la même période de l’année 2018” ont été enregistrées, a-t-il encore précisé.

Il justifie cette baisse par l’ouverture de l’espace politique et démocratique constatée après l’investiture du président Félix Tshisekedi fin janvier.
Le 25/07/2019 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi