Fermer

Libye: l’aéroport de Tripoli fermé jusqu’à nouvel ordre

Mise à jour le 03/09/2019 à 21h13 Publié le 03/09/2019 à 21h13 Par Karim Ben Amar

#Société
Bombardement de l'aéroport de Tripoli
© Copyright : DR

#Autres pays : L'Autorité libyenne de l'aviation civile a annoncé, lundi 2 septembre, que le trafic aérien à l'aéroport international de Mitiga, seul opérationnel dans la région de Tripoli, était suspendu pour raisons évidentes de sécurité.

Le trafic aérien à l’aéroport international de Mitiga, seul opérationnel dans la région de Tripoli, a été suspendu sine die pour des raisons de sécurité, a annoncé l’Autorité libyenne de l’aviation, lundi 2 septembre 2019.

Le directeur de l’Autorité libyenne de l’aviation civile, Nasr-Adin Chayeb al-Aïn, a déclaré à l’agence de presse officielle chinoise Xinhua, que «tous les vols ont été transférés vers l'aéroport international de Misrata, situé à environ 200 km à l'est de Tripoli».

Cette décision intervient moins de 48 heures après que l'aéroport de Mitiga a été visé par des bombardements qui ont fait plusieurs blessés et endommagé un avion.


LIRE AUSSI: Libye: tir d'une roquette et suspension des vols à l'aéroport de Mitiga


Cette attaque a été condamnée dimanche 1er septembre par la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL). Il est à noter que depuis la fin de juillet, c’est la septième fois que cet aéroport est touché par des bombardements similaires.

«Ces attaques vicieuses visent à semer la panique, à créer le chaos et à perturber les opérations dans le seul aéroport opérationnel de Tripoli», a dénoncé la MANUL dans un communiqué.

Le gouvernement libyen soutenu par l'ONU est engagé dans un conflit meurtrier depuis début avril de cette année, dans la région de Tripoli. Le gouvernement s’oppose à l'Armée nationale libyenne (ANL), la puissante milice du maréchal Haftar, basée dans l'est du pays. Cette dernière tente de prendre la capitale et de renverser le gouvernement de Fayez Sarraj.

La Libye est plongée dans l'insécurité et le chaos depuis la chute de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011.
Le 03/09/2019 Par Karim Ben Amar

à lire aussi