Fermer

Cameroun. Alcool: une facture de la Présidence pour les fêtes de fin d'année fait tourner les têtes

Mise à jour le 26/12/2019 à 18h30 Publié le 26/12/2019 à 18h14 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

#Société
Alcool
© Copyright : DR

#Autres pays : La présidence camerounaise a dépensé 1.479.618.263 francs CFA pour l’achat de boissons alcoolisées à l’occasion des fêtes de fin d’année 2019, selon un document qui a fuité sur Internet. Un montant qui agace au sein de l’opinion publique, dans un contexte de réduction du train de vie de l’Etat.

La présidence de la République du Cameroun va dépenser 1.479.618.263 francs CFA, soit 2,26 millions d'euros, pour l’achat de boissons à l’occasion des fêtes de fin d’année 2019. L’information est contenue dans un message-fax du directeur général du Budget daté du 18 décembre 2019 adressé au percepteur payeur auprès de l’ambassade du Cameroun à Paris en France, et qui a fuité sur les réseaux sociaux.

Ce montant est destiné au paiement des «prestataires Cognac Lheraud, Gobal Fine Wines et Sas de Morillons de la Bertonnière pour la fourniture de boissons alcoolisées à l’intendance du palais de l’Unité dans le cadre de l’organisation des fêtes de fin d’année», peut-on lire dans le document.


LIRE AUSSI: Afrique: Top 10 des plus gros buveurs d’alcool sur le continent


Un document dont l’authenticité reste cependant à prouver, aucune communication officielle n’ayant été faite jusqu’à présent sur le sujet depuis sa divulgation.

Des sources crédibles indiquent cependant que l’achat des vins et spiritueux pour ce montant (un milliard de francs CFA) à la présidence est assez fréquente. Néanmoins, la facture fait grincer des dents au sein de l’opinion publique. Ce, dans un contexte marqué notamment par la réduction du train de vie de l’Etat prescrite par le président Paul Biya en 2014. Une mesure qui peine cependant à être appliquée.


LIRE AUSSI: Maghreb: Qui du Maroc, de la Tunisie ou de l'Algérie consomme le plus d'alcool?


«Je voudrais vous réitérer, très fermement, mes instructions sur la nécessité d’une utilisation rationnelle des ressources publiques, la réduction du train de vie de l’Etat et la lutte contre la corruption», avait déclaré le chef de l’Etat lors du conseil ministériel du 15 mars 2018.

Le 5 avril dernier, le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, est monté au créneau pour recadrer les membres du gouvernement et les directeurs généraux des sociétés d’Etat et hauts fonctionnaires, en leur enjoignant de limiter à l’essentiel leurs déplacements à l’étranger.
Le 26/12/2019 Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem

à lire aussi