Fermer

Vidéo. Égypte: Al-Azhar interdit le «Skull breaker challenge» qui a déjà fait des morts

Mise à jour le 19/02/2020 à 16h50 Publié le 19/02/2020 à 16h48 Par Karim Zeidane

#Société
Skull breaker challenge
© Copyright : DR

#Autres pays : Le «Skull breaker challenge», un jeu qui fait actuellement fureur parmi les enfants dans le monde, s’est aussi répandu en Egypte. Ce jeu dangereux, qui a déjà fait de nombreux morts, a été interdit par les oulémas de l’université d’Al-Azhar, représentants de l’autorité sunnite en Egypte.

La dangerosité du «Skull breaker challenge» qui se répand actuellement parmi les plus jeunes, a poussé les oulémas de l’université Al-Azhar, au Caire, à émettre une fatwa pour l’interdire aux enfants égyptiens.

Vraisemblablement né au Venezuela, ce «jeu» s’est ensuite répandu dans différents pays de la planète, causant de nombreux décès.

Ses règles, violentes, impliquent d’infliger à l’un des joueurs des coups de pieds sur ses mollets, ce qui peut provoquer sa chute, et occasionner de graves commotions au niveau de sa tête ou de sa colonne vertébrale, comme le montrent de nombreuses vidéos partagées sur les réseaux sociaux.


Ce «jeu» auxquels jouent actuellement de nombreux enfants dans le monde ayant déjà été la cause de décès, de traumatismes crâniens ou de blessures graves ayant pu entraîner, dans certains cas, des paralysies, a poussé les oulémas d’Al-Azhar, autorité sunnite d’Egypte, à émettre une fatwa interdisant aux jeunes Egyptiens de participer à ce «jeu», à cause de son extrême dangerosité.


Ce nouveau «jeu», particulièrement dangereux, rappelle le «Kiki challenge» qui avait fait rage en 2018 et également causé de nombreux morts. Cet autre «jeu» consiste à danser devant sa voiture en état de marche.
Le 19/02/2020 Par Karim Zeidane

à lire aussi