Fermer

Vidéo. L'Union africaine condamne le "meurtre" d'un Noir par la police américaine

Mise à jour le 30/05/2020 à 18h00 Publié le 29/05/2020 à 14h45 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA

Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine.

© Copyright : DR

#Autres pays : Le président de la Commission de l’Union africaine (UA) a, ce vendredi 29 mai, qualifié de “meurtre” la mort d’un Noir américain, non armé, asphyxié lors de son arrestation par la police dans l’Etat du Minnesota, qui a déclenché une vague d’indignation et de violences aux Etats-Unis.

Moussa Faki Mahamat “condamne avec force le meurtre de George Floyd aux Etats-Unis, aux mains d’agents des forces de l’ordre et transmet ses condoléances les plus sincères à sa famille et ses proches”, selon un communiqué publié par son porte-parole.

Dans ce texte, Faki “réaffirme et réitère fermement le rejet par l’Union africaine des pratiques discrimatoires incessantes envers les citoyens noirs des Etats-Unis” et demande aux autorités américaines “d’intensifier leurs efforts pour éliminer toutes les formes de discrimination basées sur la race ou l’origine ethnique”.



George Floyd, 46 ans, a été tué par la police lundi, dans l’Etat américain du Minnesota (Nord), qui l’avait arrêté, car elle le soupçonnait d’utiliser de faux billets.


LIRE AUSSI: Etats-Unis: les sportifs afro-américains retrouvent leur conscience politique


La scène, filmée par une passante et diffusée sur internet, montre un homme plaqué au sol sur le ventre par un policier qui l’immobilise avec un genou sur le cou. L’homme se plaint pendant de longues minutes de ne pas pouvoir respirer et d’avoir mal.

Ce nouveau décès d’un Noir américain aux mains de la police a déclenché des manifestations, entrées vendredi dans leur quatrième jour.



Jeudi, Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l’UA, avait indiqué sur internet que l’organisation panafricaine était “bouleversée d’assister à une nouvelle exécution injustifiée d’un homme afro-américain (…) pour l’unique raison qu’il EST NOIR”.

“Nous sommes peut-être noirs, mais nous sommes aussi des personnes”, écrit Quartey, ajoutant que “l’Union africaine demande une enquête complète sur ce meurtre”.
Le 29/05/2020 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi