Fermer

Cameroun. Crise à la Fecafoot: la FIFA joue la carte de l’apaisement

Publié le 12/07/2017 à 15h39 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne

#Sports
Lions indomptables
© Copyright : DR

#Autres pays : Une réunion de conciliation s’est tenue ce mardi 11 juillet à Conakry en Guinée entre les différentes parties prenantes camerounaises et la FIFA. Cependant, les tensions sont loin d’être terminées malgré cette tentative d'apaisement.

Après deux reports, c’est finalement à Conakry, en Guinée, que des responsables de la FIFA ont rencontré ceux du football camerounais.

L’objectif étant de «prendre des mesures afin d’anticiper tout risque qui pourrait mettre en danger le bon fonctionnement de l’administration du football camerounais». En outre, il s’agissait «d’aider la famille du football camerounais à trouver une solution amiable» à la crise qui couve. C’est d’ailleurs la solution préconisée par les responsables de la FIFA présents à l’issue de la concertation de Conakry: «faire des propositions de sortie de crise».

Car, depuis l’élection de Tombi à Roko Sidiki comme président de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) en 2015, ses opposants contestent sa légitimité en multipliant les procédures judiciaires. Ils ont eu en partie raison au Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne en Suisse. Le 27 février dernier, le TAS avait jugé irrecevable, l’appel déposé en décembre 2015 par le club Etoile filante de Garoua.


LIRE AUSSI : Mali: la FIFA réagit à la dissolution de la fédération de football


Cependant, le tribunal suisse avait confirmé la sentence du 12 novembre 2015 de la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité national olympique camerounais. Celle-ci annulait les élections du 28 septembre 2015 à la FECAFOOT. Celles qui ont porté Tombi à Roko Sidiki à la tête de la fédération. Mais le TAS demandait à l’Etoile filante de saisir les juridictions compétentes pour faire appliquer cette décision.

On est cependant loin d’être sorti de l’auberge, malgré les sourires et l’unité de façade affichés par les participants sur les photos de la réunion. Car, sur les cinq opposants invités par la FIFA, seuls trois étaient présents. Il s’agit de Joseph Antoine Bell (Bandjoun FC), John Balog (Authentic FC) et Prosper Nkou Mvondo (Ngaoundéré FC).

Abdouraman Hamadou (Etoile filante de Garoua), considéré comme le principal meneur de la fronde, et Akoué Domingo (Jeunesse Star), n’ont pas effectué le déplacement.

Pour Abdouraman Hamadou, la lutte contre «les imposteurs» continue. Il avait d’ailleurs tenté d’empêcher la participation de la sélection nationale, championne d’Afrique en titre, à la dernière coupe des Confédérations Russie 2017.

Le 12/07/2017 Par De notre correspondante à Douala Elisabeth Kouagne

à lire aussi