Fermer

Cameroun. Cyclisme: c’est parti pour le Grand prix Chantal Biya

Mise à jour le 27/09/2018 à 10h22 Publié le 27/09/2018 à 09h53 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Sports
Cyclisme
© Copyright : DR

#Autres pays : Le départ de la 18e édition de la course en l’honneur de la première dame du pays a été donné ce 26 septembre 2018 à Douala, la métropole économique. Une dizaine d’équipes africaines et européennes prennent part à la compétition.

Les premiers coups de pédale de la 18e édition du Grand prix cycliste international Chantal Biya ont été donnés hier, mercredi 26 septembre 2018 à Douala, la métropole économique. La première étape, un critérium, course en circuit fermé de 92 km dans les rues de la ville, a été remportée par le Slovaque Filip Taragel qui s’empare donc du maillot jaune de leader de la course.

La compétition aura lieu jusqu’au 30 septembre 2018. Elle est organisée en collaboration avec le ministère des Sports et de l’Education physique et la Fédération camerounaise de cyclisme. Elle est du reste inscrite au calendrier de l’Union cycliste internationale.


LIRE AUSSI: Cyclisme: le Cameroun abrite la première Coupe d’Afrique des nations Espoirs


Les coureurs devront parcourir au total cinq étapes, outre celle de Douala, soit une distance totale de 699 km. Les autres étapes sont Yaoundé-Nanga Eboko, Yaoundé- Ebolowa, Ngolbang-Sangmélima-Meyomessala, Sangmélima-Yaoundé. Une dizaine d’équipes ont été invitées à participer à cette édition, pour un peloton constitué d’une quarantaine de coureurs. On note ainsi la présence de formations européennes (Belgique, Hollande, Slovaquie, Angleterre) et africaines (Cameroun, Rwanda, Côte d’Ivoire, Burkina Faso).

La discipline gagne de plus en plus en notoriété

Le montant total des primes à distribuer s’élève à environ 8 millions de francs CFA. Mais pour la Fédération camerounaise de cyclisme, l’essentiel est ailleurs: il s’agit notamment de continuer à développer cette discipline et aguerrir les coureurs camerounais en les mettant face à la concurrence des cyclistes étrangers, notamment celle de pays où ce sport est plus développé.

Les Camerounais n’ont en effet pas l’habitude de briller lors des courses domestiques de niveau international (Tour cycliste du Cameroun et Grand prix international Chantal Biya). Néanmoins, le cyclisme gagne de plus en plus en notoriété. Illustration avec l’organisation en terre camerounaise en début d’année de la Coupe des nations de cyclisme (moins de 23 ans) pour la première fois sur le continent. Une course sponsorisée par Vivendi Sports.







Le 27/09/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi