Fermer

Cameroun: la vie après le retrait de la CAN 2019

Mise à jour le 06/12/2018 à 09h25 Publié le 06/12/2018 à 09h24 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

#Sports
CAN 2019
© Copyright : DR

#Autres pays : Malgré le retrait de l'organisation de la compétition par la Confédération africaine de football, les autorités locales poursuivent le plus normalement du monde le suivi des chantiers.

Malgré le retrait de l'organisation de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2019 décrété par le Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) lors de sa dernière session, pour les officiels camerounais, le suivi des chantiers engagés à ce sujet se poursuivent comme si de rien n'était.

A Buea, par exemple, dans la région du Sud-Ouest, le gouverneur et président du comité local de site de la compétition, a poursuivi ce mercredi 5 décembre 2018 sa tournée des chantiers engagés dans la ville.

En début de semaine, son collègue du Littoral l'a précédé sur le terrain, notamment pour indiquer aux entreprises adjudicatrices de poursuivre les travaux, conformément à leur chronogramme.


>>>LIREA AUSSI: Retrait de la CAN 2019: le Cameroun crie à l'injustice

Une démarche du reste annoncée par le porte-parole du gouvernement, au lendemain du retrait de la compétition.

«Le Cameroun n’a pas démérité. Il le prouvera à la face du monde en poursuivant, avec la même détermination, la construction de ces belles infrastructures qui appartiennent au peuple camerounais et en les achevant à bonne date, ainsi que s’y est engagé le chef de l’Etat», a déclaré le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary.

Dans la région du Nord, même démarche pour le gouverneur à Garoua. Jean Abate Edi'i a réuni les parties prenantes en charge des travaux dans la ville mardi dernier pour leur donner de nouvelles recommandations.

«Nous ne sommes pas là pour apprécier ou pas ce qui est dit dans les journaux. Chacun de vous a une feuille de route et nous devons la respecter (…) L’Etat du Cameroun est déterminé à faire en sorte que tous les projets inscrits soient livrés à leur date. Je voudrais que vous soyez à l'abri des interprétations qui peuvent vous distraire de votre mission. Tout ce qui a été prévu sera réalisé», a-t-il indiqué.

Le retrait de la CAN 2019 a néanmoins bouleversé la tenue de la 19e session du Conseil national du tourisme, mardi 4 décembre dernier, sous la présidence du Premier ministre.

Le thème initial des travaux, «L'excellence gastronomique camerounaise comme élément d'attractivité de notre destination à l'occasion de la CAN 2019» arrêté le 29 novembre dernier (la veille du retrait du tournoi), a été légèrement modifié.

Le terme «à l'occasion de la CAN 2019» a ainsi été retiré.

Sur le plan sportif, les esprits sont davantage focalisés sur l'élection d'un nouvel exécutif à la tête de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) qui a lieu le 12 décembre prochain à Yaoundé, la capitale. Même si dans la presse et pour les Camerounais, le souffle du camouflet infligé par la CAF n'est pas encore retombé.


>>>LIRE AUSSI: Officiel: l'organisation de la CAN 2019 retirée au Cameroun

Ainsi, à l'issue d'une réunion de son bureau exécutif cette semaine, l'Association des clubs de football amateur du Cameroun (ACFAC) a déploré le caractère «inique et arbitraire» de la décision de la CAF.

«Le bureau exécutif de l’ACFAC, après avoir examiné les chances du Cameroun d’obtenir gain de cause devant le TAS (Tribunal arbitral du sport, Ndlr), a décidé à l’unanimité des membres présents et représentés, de mobiliser l’ensemble de ses membres sur l’étendue du territoire pour contester la décision de «retrait abusif» de l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun prise par le Comité exécutif de la CAF le 30 novembre 2018», indique ainsi un communiqué de cette association, publié ce 4 décembre à Yaoundé.

Le 06/12/2018 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

à lire aussi