Fermer
#Sports

CAN 2021-Burkina Faso: malgré leur qualification, les Étalons auraient pu mieux faire

Mise à jour le 19/01/2022 à 10h11 Publié le 19/01/2022 à 10h09 Par notre correspondant à Ouagadougou- Jean-Paul W. Ouédraogo

#Autres pays : Les supporters burkinabè ont suivi la prestation des Etalons avec beaucoup de frissons. Leur équipe est certes qualifiée pour les huitièmes de finale de la CAN 2021, mais pour beaucoup, les coéquipiers de Bertrand Traoré auraient pu mieux faire.


Les Etalons ont arraché leur qualification pour les huitièmes de finale de la CAN 2021, face à l’Ethiopie, le lundi 17 janvier 2022. Un match qui s’est soldé par un score nul de 1 but partout, malgré le gros avantage qu’ont eu les poulains de Kamou Malo. A Ouagadougou, les Burkinabè ont suivi la prestation des Etalons, avec beaucoup de frissons. 

«Au finish qu’est-ce qu’on peut dire? C’est la qualification qu’on souhaitait. Ce fut le cas… C’est vrai qu’il y a eu beaucoup d’émotions. On a eu des palpitations, mais finalement on passe et on rend grâce à Dieu. On est avec eux, on les soutient. On peut leur souhaiter encore plus de chance. Parce que la chance est déjà avec nous si on veut voir. On leur souhaite encore beaucoup de courage. Ils doivent faire encore plus», lâche Ana, une supportrice. 

«J’ai suivi le match… Dans l’ensemble, il a été équilibré. L’essentiel c’est qu’on a eu la qualification, mais dans la douleur. Il faudra que l’équipe revoit un peu son système pour mieux affronter le deuxième tour. C’est une satisfaction. Je tire mon chapeau à l'entraîneur local et qui a fait un bon travail ainsi qu’à son staff», dit Aziz, un autre supporter, après de longues minutes de doutes.

Pour les Burkinabè, les Etalons sont certes qualifiés, mais cela implique qu’ils auront face à eux des têtes d’affiche de cette CAN. Il leur faudra donc batailler âprement afin de gagner leur place pour les quarts de finale.

Ils reconnaissent aussi que les Etalons sont une jeune équipe dont la majorité joue sa première CAN. Cependant, même avec ce temps d’apprentissage, ils ont la capacité de faire rêver la nation burkinabè.

«Nous avons des individualités… On a eu des cas Covid-19 qui nous ont pénalisés pendant nos deux premières sorties, on les attendait. Ça n’a pas été facile pour eux, ils venaient de rejoindre le groupe. On espère qu’au deuxième tour, ils pourront bien s’en sortir», concède Aziz.

Sylvain et Richmond, deux autres supporteurs, abondent dans le même sens.

«Notre milieu de terrain n’a pas vraiment donné aujourd’hui. Je ne suis pas trop professionnel en football, mais je n’étais pas vraiment content du classement. Si on avait maintenu le classement du premier match contre le Cameroun, je pense qu’on aurait pu gagner ce match», regrette Sylvain Kiema.

«Les Etalons peuvent faire mieux. Il y a des erreurs à éviter. D’abord au niveau du collectif notamment du onze. Je pense que les joueurs doivent comprendre qu’il faut maîtriser les temps forts et les temps faibles. On a un jeu qui n’est pas maîtrisé. On ne sait pas à quel moment on doit mettre la pression, ni à quel moment il faut ralentir. C’est ce qui a surtout pesé. Parce qu’à un moment donné, il fallait qu’on attaque et qu’on assiège», conclut Richmond.

Les Etalons finissent ce premier tour en arrivant deuxième au classement, après le Cameroun. Toujours dans la course, le Cap-Vert occupe le troisième rang tandis que l’Ethiopie est éliminée. 



Le 19/01/2022 Par notre correspondant à Ouagadougou- Jean-Paul W. Ouédraogo