Fermer

Washington demande une enquête indépendante contre le président de la Banque africaine de développement

Mise à jour le 25/05/2020 à 14h53 Publié le 25/05/2020 à 14h31 Par Le360 Afrique - Afp

#Economie
Akinwumi Adesina, président du Groupe Banque africaine de développement (BAD).

Akinwumi Adesina, président du Groupe Banque africaine de développement (BAD).

© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Les Etats-Unis ont demandé à la Banque africaine de développement (BAD) de lancer une enquête indépendante sur les accusations de prévarication contre son président Akinwumi Adesina, dans une lettre du secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin obtenue par l’AFP, 25 mai lundi.

Faisant part de ses “sérieuses réserves” sur la décision de la BAD de blanchir son président de toutes les accusations, Steven Mnuchin demande “une enquête approfondie sur ces allégations par un enquêteur extérieur indépendant”, dans son courrier daté du 22 mai, adressé à la présidente du bureau du conseil des gouverneurs de la BAD, la ministre ivoirienne du Plan et du développement Kaba Nialé.

Pour rappel, après la publication d'un document d'accusations par des "lanceurs d'alerte", un rapport d’enquête du comité d’éthique de la BAD avait été transmis aux gouverneurs de l’institution le 5 mai par Kaba Nialé. Dans sa lettre, cette dernière avait proposé «d’adopter les conclusions de l’enquête en déclarant que le président est entièrement exonéré de toutes les allégations formulées à son encontre».


LIRE AUSSI: Coronavirus: la BAD crée un fonds de 10 milliards dollars au profit des Etats et du privé


Candidat à sa réélection en mai, le président de la Banque africaine de développement (BAD), le Nigérian Akinwumi Adesina, fait l'objet d'accusations embarrassantes par des "lanceurs d'alerte", selon un document reçu lundi par l'AFP, initialement dévoilé par Le Monde.

"Comportement contraire à l'éthique, enrichissement personnel, obstacle à l'efficacité, favoritisme, (activités) affectant la confiance dans l'intégrité de la banque et engagement dans des activités politiques" : c'est un véritable réquisitoire que dressent contre leur président, dans ce document d'une quinzaine de pages, ces "lanceurs d'alerte" anonymes se présentant comme des "employés préoccupés de la BAD", première institution de financement du développement en Afrique, basée à Abidjan.
Le 25/05/2020 Par Le360 Afrique - Afp