Fermer

CEDEAO. Suspension du commissaire aux Finances pour détournement de 8 millions de dollars

Mise à jour le 16/05/2017 à 11h49 Publié le 16/05/2017 à 11h43 Par Mar Bassine

#Politique
CEDEAO. Suspension du commissaire aux Finances pour détournement de 8 millions de dollars

Aliou Sesay (milieu), serait un habitué des faits. En 2011 il avait été reconnu coupable de détournement, avant d'être blanchi en appel.

© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest a décidé de la suspension de son commissaire aux Finances, Alieu Sesay, suite à l'enquête ouverte à son encontre par la Commission nigériane des crimes financiers et économiques (EFCC).


Le commissaire aux finances de la CEDEAO, d'origine sierra-léonaise, Alieu Sesay, a été suspendu de ses fonctions lundi, jusqu'à une date ultérieure. Il fait l'objet d'une enquête officielle de la très redoutable Commission nigériane de lutte contre les crimes financiers et économiques (EFCC). Deux autres de ses compatriotes sont également concernés, notamment ses assistants opérationnels, Aisha Camara et Gibril Camara, de même que le Nigérian, Mohamad Bello, contrôleur des finances de la CEDEAO. 


LIRE AUSSI: Nigeria: les compagnies pétrolières Shell et ENI inculpées pour corruption

Les enquêteurs ont mis sous scellé leurs bureaux respectifs. Bien qu'ils aient des statuts de diplomates en tant que fonctionnaires de l'organisation régionale, ils sont interdits de quitter Abuja, la capitale administrative du Nigeria. Cela laisse penser que même leur passeport respectif leur est retirié. 

Un habitué des faits? 


Sesay, qui a été le directeur général des impôts et douanes de son pays, est accusé d'avoir subtilisé 8 millions de dollars, soit 300 millions de nairas des caisses de la CEDEAO. L'enquête a démarré le mois dernier et la presse avait même annoncé qu'il avait reconnu les faits et qu'il acceptait de rendre l'argent prétendument volé. 

En avril dernier, le président de la Commission de la CEDEAO avait exigé que Sesay l'accompagne auprès du président Ernest Bai Koroma, le président Sierra-léonais, pour se plaindre des agissements peu orthodoxes de ce dernier. Sesay s'en été retourné précipitamment à Abuja pour faire comme si de rien était. Mais juste après son voyage, l'enquête le concernant a été ouverte. 

Il convient de rappeler que Sesay a déjà eu affaire à la justice de son pays pour des faits similaires. Alors qu'il était directeur des impôts et douanes, il a été accusé de détournement. Condamné en première instance, il sera blanchi en appel en 2011. Cette fois-ci, les preuves contre lui semblent beaucoup plus sérieuse. Et si le détournement est un délit en Sierra-Leone, au Nigeria c'est un crime qui risque de le mener en prison pour bien des années, s'il est reconnu coupable. 
Le 16/05/2017 Par Mar Bassine