Fermer

CAN 2017: les chaînes africaines forcent la main à Canal+ et Lagardère

Mise à jour le 16/12/2016 à 16h48 Publié le 16/12/2016 à 15h51 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

#Médias
Mascotte Samba CAN 2017 les radiodiffusions africaines obtiennent une réduction de 18%
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Les téléspectateurs africains peuvent pousser un ouf de soulagement. La CAN 2017 sera finalement diffusée dans les pays membres de l’Union africaine de radiodiffusion (UAR). Après six mois de négociations, Lagardère a plié et concède à l'UAR une réduction des droits de retransmission. Les détails.


Le scénario était invraisemblable, mais pas totalement impossible. Le Groupe français Lagardère, détenteur exclusif des droits de retransmission des compétitions de la CAF, jusqu’en 2028 a failli priver les pays africains de leur CAN. Canal+ et sa maison-mère exigeait, en effet, un prix très élevé et hors de portée pour beaucoup de télévisions africaines.

Finalement, le scénario catastrophe a été évité. Après six mois de tractations, l’Union africaine de radiodiffusion (UAR), qui regroupe 25 pays, vient de trouver un accord-cadre avec le Groupe Lagardère pour la retransmission de la CAN (du 14 janvier au 5 février au Gabon) dans l’ensemble de ses pays membres.


LIRE AUSSI:
CAN 2017: accord Canal+ et CAF pour la diffusion de CAN en Afrique francophone


Grégoire Ndjaka, directeur de l’UAR, a transmis la bonne nouvelle, hier, en conférence de presse. «Nous sommes parvenus à signer un accord-cadre pour la retransmission de la CAN 2017 avec le Groupe Lagardère», a-t-il expliqué, se félicitant d’avoir mis «un coup d’arrêt» à la tendance inflationniste des droits de retransmission de la compétition sportive la plus populaire en Afrique.

Selon Ndjaka, tous les pays membres de l’UAR connaîtront «pour la première fois de l’histoire du mouvement sportif africain, une baisse substantielle du coût des droits de retransmission des événements sportifs».
En effet, après avoir fait bloc, menaçant même de bouder la retransmission de la CAN, l’UAR a obtenu une réduction de 18% par rapport aux prétentions initiales du Groupe Lagardère, soit une économie de 6 millions d’euros. «Et on espère que la réduction sera de 25% dans les années à venir», explique Ndjaka.

L’UAR a pu compter sur «l’implication» de plusieurs dirigeants africains, dont le président Macky Sall, qui avait promis de porter le message auprès de ses pairs, afin de faire plier le Groupe Lagardère.


LIRE AUSSI:
Can 2017: voici le calendrier des matchs

Mieux, là aussi c’est une première, tous les pays membres auront les droits de retransmission des 8 compétitions organisées par la Confédération africaine de football (CAF) pour les deux années à venir. Il s’agit de la CAN 2017, de la CAN des U20 et U17 prévues la même année, de la CAN féminine 2018, et de deux compétions de clubs (la Ligue des champions africaine et de la Coupe de la CAF) 2017 et 2018.

Néanmoins, tous les pays ne seront pas logés à la même enseigne. «On ne peut pas demander le même montant à un pays qui n’est pas qualifié, encore moins à un pays en guerre ou dont le football n’est pas la discipline numéro 1», précise Grégoire Ndjaka. A titre, d’exemple, la Radiotélévision sénégalaise (RTS), dont le pays est qualifié pour la phase finale de la CAN, va ainsi débourser 1,3 million d’euros à la place des 1,35 million d’euros initialement réclamés par le Groupe Lagardère. Là où la Centrafrique ne déboursera que 15.000 euros.

Pour rappel, lors de sa dernière assemblée générale, tenue le 17 mai 2016, l’UAR avait adopté une résolution pour mettre fin à la «surenchère». L’un des principaux enjeux de cette «déclaration de Dakar» consistait à mettre fin aux négociations individuelles. L’accord qui vient d’être trouvé, prouve, si besoin en était, que l’union fait la force. 
Le 16/12/2016 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

à lire aussi