Fermer

Addoha va construire 5.000 logements pour la police ivoirienne

Publié le 31/03/2016 à 19h54 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Economie
logements côte d'ivoire
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : D’ici 2 ans, le groupe ADDOHA va livrer les premières maisons d’un important programme immobilier de 5000 logements destinés aux agents de la police ivoirienne. La convention liant le constructeur au Fonds de prévoyance de la police nationale (FPPN) bénéficie de l’appui de BOA Côte d'ivoire.

Le groupe immobilier marocain ADDOHA va construire 5.000 logements à Abidjan pour le compte des agents de la police ivoirienne. Le constructeur a signé en fin de semaine dernière, une convention avec le Fonds de prévoyance de la police nationale (FPPN), la mutuelle regroupant les agents des forces de sécurité.

Les négociations entamées entre les deux parties, depuis le mois de février dernier, ont bénéficié de la rupture d’un premier contrat entre le FPPN et la Sicogi, la société publique de promotion immobilière, suite à un conflit.

Pour le FPPN, dirigé par le commissaire divisionnaire Jacques Amouyé Kadjané, ce programme participe à une volonté de faciliter l’accès à la propriété des agents de police avant leurs retraites. Il s’agit en outre de trouver une parade aux difficultés qu’éprouvent ces derniers à trouver un logement en raison des retards de bail cumulés par l’Etat.

Le programme prévoit des logements de deux, trois et quatre pièces à bâtir dans la commune de Koumassi, au sud d’Abidjan. Et une première tranche sera livrée dans les 24 prochains mois.

Le constructeur marocain s’est associé dans ce projet avec la BOA Côte d’Ivoire (Bank of Africa), filiale du groupe BMCE Bank. De source proche du FPPN, la BOA accordera des prêts à des taux d’intérêt oscillant entre 8 et 9%, nettement en deçà du marché, pour une durée allant de 15 à 20 ans.

Par ailleurs, l’Etat ivoirien accompagnera les acquéreurs en supportant le montant correspondant au bail habitation accordé aux agents de police.

Le 31/03/2016 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet