Fermer

Le groupe Bank of Africa annonce sa participation au financement de Brassivoire

Mise à jour le 21/06/2016 à 18h46 Publié le 21/06/2016 à 18h32 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Economie
Brassivoire

lancement des travaux de Brassivoire à Abidjan.

© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Cinq filiales ouest-africaines du groupe Bank of Africa (BoA) ont annoncé un cofinancement au profit de Brassivoire, la seconde brasserie du marché ivoirien. Une levée de fonds qui viendra accélérer la construction de l’unité industrielle qui devrait être opérationnelle début 2017.

Le groupe Bank of Africa, filiale du groupe marocain BMCE Bank of Africa, a annoncé, dans un communiqué rendu public ce mardi, avoir intégré le tour de table de Brassivoire, la seconde entreprise brassicole de Côte d’Ivoire.

Le groupe bancaire panafricain, qui ne précise pas de chiffre, va ainsi décaisser une part des 100 milliards FCFA, environ 150 millions d’euros, d’investissement pour la construction de l’usine dont les travaux ont été lancés en septembre 2015.

«Ce financement exprime la volonté de la BOA d’être un groupe bancaire dédié au développement du continent africain et au service de ses citoyens», a indiqué la firme dans un communiqué.

Fruit d’une joint-venture entre le géant néerlandais Heineken et le groupe français CFAO, qui détiennent respectivement 51% et 49% de son capital, Brassivoire, viendra défier la suprématie de Solibra, la Société  de limonaderies et brasseries d’Afrique, l’unique brasseur du pays appartenant au groupe français Castel.

Solibra, qui avait en effet racheté en avril dernier, son unique concurrent Les Brasseries ivoiriennes -LBI, qui a jeté le tablier après un peu plus d’un an d’activité-, après un premier rachat du brasseur Bracodi en 1994, devra cette fois se retrousser les manches pour se frotter durablement à la filiale Heineken, le 3e brasseur mondial.

Selon le communiqué, ce sont les filiales de BoA en Côte d’Ivoire, au Benin, au Burkina Faso, au Niger et au Togo, soit 5 des 8 filiales que compte le groupe en Afrique de l’Ouest, qui cofinancent l’unité industrielle dont la capacité est évaluée à 1,6 million d’hectolitres. 700 emplois directs et plus de 40.000 emplois indirects seront en outre générés par le projet.

A noter que l’usine de Brassivoire est l’une des toutes premières infrastructures à voir le jour sur la nouvelle zone industrielle du PK 24, située à la sortie nord d’Abidjan.

Le 21/06/2016 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet