Fermer

La Côte d’Ivoire reste attractive pour les investisseurs en francs CFA, selon Bloomfield Investment

Mise à jour le 17/08/2017 à 15h40 Publié le 17/08/2017 à 14h16 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Economie
Abidjan by night
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Les facteurs de risque crédit de la Côte d’Ivoire sont «minimes», d’après l’évaluation de l’agence Bloomfield Investment, du moins pour les investisseurs de la zone franc CFA. Un point de vue qui devrait rassurer sur une économie qui fait face à la crise du cacao.

Les fondements de l’économie ivoirienne restent solides et les perspectives à court terme, sur les douze prochains mois sont excellentes pour les investisseurs en francs CFA. C’est la principale conclusion de l’agence de notation Bloomfield Investment, la plus réputée, avec l’agence Wara, dans la zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine).

Dans son évaluation en monnaie locale (donc, en francs CFA) -qui reconduit celle d’octobre dernier- de la crédibilité de la principale économie de l’UEMOA, Bloomfield Investment attribue au pays la note A2 à court terme et A- à long terme, suivant une échelle d’évaluation locale qui tient compte des spécificités économiques de la région, en dehors des exigences d’une notation à l’échelle internationale.

«La certitude de remboursement en temps opportun est bonne. (…) Les facteurs de risques sont minimes», avance l’agence dans son rapport. Celle-ci justifie ce point de vue par une croissance qui reste forte, des initiatives en cours pour renforcer la bonne gouvernance, une progression des recettes fiscales soutenues par des réformes ainsi que « la gestion active de la dette (…) qui permet d’anticiper les périodes de tension».


LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire: la Banque mondiale prévoit un essoufflement de la croissance


Au nombre des principaux facteurs de risque, il faut relever l’exposition de la dette au risque de change sur le dollar, une dégradation du déficit budgétaire et une détérioration de la situation politique et sécuritaire.
 
Cette appréciation est donc de nature à conforter investisseurs et bailleurs de fonds de la zone UEMOA qui scrutent une économie en proie à des convulsions, du fait de la chute des cours du cacao et marqué par un ralentissement du rythme de sa croissance. Une croissance qui, d’une moyenne de 9% ces dernières années, va osciller, tout de même, entre 7 et 8% cette année selon la Banque mondiale.
 
Enfin, Bloomfield Investment précise que cette évaluation reste valide pour la période allant de juin 2017 à juin 2018.
Le 17/08/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet