Fermer

Front populaire ivoirien (FPI): Laurent Gbagbo a-t-il choisi son camp ?

Publié le 23/04/2016 à 19h28 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Politique
Gbagbo

L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo.

© Copyright : Dr

#Côte d’ivoire : L’ex-chef d’Etat ivoirien aurait-il finalement choisi son camp dans la bataille rangée qui oppose les deux tendances du FPI? Ce vendredi, Laurent Akoun, qui conduit la dissidence, contre Affi N’Guessan, le président officiel du parti, a été reçu par Gbagbo dans sa prison de la Haye, aux Pays-Bas.

Laurent Akoun, l’un des cadres du FPI qui conduit la fronde contre Affi N’Guessan, le président officiel du FPI, a été reçu ce vendredi 22 avril par Laurent Gbagbo. Une énième visite de personnes considérées proches de cette «aile dure» dirigée par Aboudramane Sangaré qui s’est toujours targué d’avoir la caution de l’ancien président, alors que Affi N’Guessan n’a jusque-là pas obtenu l’accord de ce dernier pour se rendre à la Haye.

Cette visite vient conforter ceux qui se font désigner sous le sobriquet «parti de Gbagbo» et qui sont interdits, par la justice, d’utiliser les insignes du FPI.

Affi N’Guessan qui devrait bénéficier très prochainement du statut officiel de chef de l’opposition, adopté récemment par le gouvernement, continue ses tournées d’explication dans le pays pour défendre sa posture, celle de maintenir le dialogue politique avec le régime d’Abidjan, sans pour autant parvenir à soulever nécessairement les foules contrairement à la dissidence.

L’heure de vérité entre les deux tendances devrait bien être les élections législatives prévues avant la fin de l’année. Les deux camps du parti ont annoncé leurs participations au scrutin.

Laurent Gbagbo, bien que détenu à la Haye, continue de rassembler sous son nom ses partisans. Et s’il devait effectivement prendre fait et cause pour la dissidence du FPI, cela pourrait être un coup dur pour Affi N’Guessan, son ex Premier ministre.

Le 23/04/2016 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi