Fermer

CPI: Gbagbo pas encore libre, mais il remporte une grande victoire

Mise à jour le 19/07/2017 à 19h26 Publié le 19/07/2017 à 18h51 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Politique
Gbagbo

L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo.

© Copyright : Dr

#Côte d’ivoire : La chambre de première instance de la CPI qui a rejeté la demande de liberté provisoire de Laurent Gbagbo doit revoir sa copie. Sa décision a été annulée par la chambre d’appel qui évoque des «erreurs qui ont faussé son jugement. Gbagbo reste néanmoins en prison, le temps d’une nouvelle décision.

La Chambre d'appel de la Cour pénale internationale (CPI) vient de rendre son jugement annulant une décision de la Chambre de première instance qui avait rejeté la demande provisoire de Laurent Gbagbo et ordonné à cette dernière de procéder à un nouvel examen de sa décision.
 
La décision rendue ce mercredi sonne comme une victoire pour les avocats de l’ex-président ivoirien qui entrevoit ainsi la possibilité d’une future libération provisoire.
 
Le juge Piotr Hofmański, président de la chambre d’appel, a expliqué durant l’audience que «la chambre de première instance aurait dû prendre en considération le temps passé par M. Gbagbo en détention en même temps que les autres risques examinés, et aurait dû déterminer si, pour tous ces facteurs, la détention de M. Gbagbo continuait d'être raisonnable», souligne la CPI dans son communiqué ce 19 juillet.

LIRE AUSSI: CPI: La liberté provisoire de Gbagbo possible dès cet après-midi

Aussi, la Chambre de première instance est-elle taxée d’avoir «commis une erreur en tenant compte, comme facteur favorisant la détention, du fait qu'un accusé nie sa responsabilité pour les charges portées à son encontre» et en «considérant l'âge avancé de M. Gbagbo comme un facteur renforçant son désir de fuite, plutôt que comme facteur qui pourrait potentiellement atténuer la possibilité de fuir».
 
Pour la chambre d’appel, «ces erreurs ont sérieusement affecté la décision de la chambre de première instance» et renvoie la question «pour un nouvel examen». Elle prend toutefois le soin de préciser «qu'elle ne suggère pas quel devrait être le résultat» de la prochaine décison.
 
Il faut rappeler que c’est le 10 mars dernier que la demande de liberté provisoire de Laurent Gbagbo avait été rejetée, et ses avocats avaient par la suite fait appel à cette décision.
 
Le procès contre l’ex-chef d’Etat ivoirien ouvert fin janvier 2016 en est encore au stade des témoins de l’accusation. Une situation qui laisse penser que le procès devrait encore s’étendre sur plusieurs années, ce qui pour certains analystes devrait militer pour sa mise en liberté provisoire, avec ou sans condition.
Le 19/07/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi