Fermer

Côte d’Ivoire: le PDCI dénonce le harcèlement et les tentatives de débauchage de ses candidats

Mise à jour le 30/08/2018 à 11h01 Publié le 30/08/2018 à 10h59 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Politique
Côte d'Ivoire PDCI
© Copyright : Le360

#Côte d’ivoire : Au cours d'une conférence de presse tenue le mercredi 29 août, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) a dénoncé des intimidations contre ses candidats et a demandé le report de la date des prochaines élections locales fixées ce 13 octobre.

Le PDCI est très amer contre son ex allié du RHDP -Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix. Au cours d’une conférence de presse animée ce 29 août, son Secrétaire exécutif, Maurice Kakou Guikahué, a accusé le parti au pouvoir d’orchestrer des manœuvres d’harcèlement et de chantage à l’encontre des candidats du PDCI.

Le parti de Bédié explique que les élus ayant préféré sortir du RHDP sont ciblés par des audits sur leur gestion et se voient menacés d’être éjectés de leurs postes de responsabilité dans l’administration publique.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire. Elections: les candidats PDCI partagés entre leur parti et le RHDP


Concernant les candidats à double casquette, Kakoi Guikahué a souligné que «ce jour (mercredi 29 août, dernier jour de dépôt des dossiers à la commission électorales, ndlr) est un jour de vérité». En effet, le parti était en attente de recevoir l’ensemble des dossiers de ses candidats afin de les déposer en fin de journée.

Par ailleurs, le PDCI souhaite un «réaménagement» de la date de depôts de dossier et des élections locales prévues ce 13 octobre. En cause les vacances judiciaires qui occasionnent des difficultés dans l’établissement des documents administratifs d’une part. Et d’autre part, la libération récente des prisonniers dont de «potentiels candidats» qui sont exclus d’office du processus électoral. Enfin, il y a surtout la promesse de la réforme de la CEI annoncée par le président Alassane Ouattara et qui attend de se concrétiser.

Le 30/08/2018 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi