Fermer
#Politique

Vidéo. Côte d’Ivoire-Malversations: plusieurs dizaines de milliards de Fcfa en cavale

Mise à jour le 15/09/2018 à 18h25 Publié le 15/09/2018 à 18h20 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Côte d’ivoire : La justice ivoirienne a entamé des procédures à l’encontre de 15 personnes accusées d’infractions portant sur «plusieurs dizaines de milliards». Des poursuites pour des faits dont la justice fait rarement cas et qui interviennent dans un contexte politique où l’opposition parle de cas de chantage.


Pour abus de confiance, enrichissement illicite, blanchiment de capitaux: 15 individus sont dans le collimateur de la justice ivoirienne pour des infractions portant sur «plusieurs dizaines de milliards», a indiqué ce 14 septembre Richard Adou, le procureur de la République.

Les procédures en cours ont été lancées à l’instigation de la Haute autorité pour la bonne gouvernance (HABG), l’organe publique en charge de la lutte contre la corruption.

Ces actions judiciaires sont toutefois engagées dans un contexte de politique particulier. Avec la formation du RHDP parti unifié, le PDCI qui s’est retiré de cette coalition au pouvoir, avait dénoncé un chantage du régime ivoirien à l’endroit de ses cadres ciblés par des audits.


>>>LIRE AUSSI: Cameroun: la BICEC se remet d'un détournement de 50 milliards FCFA

L’un des cas emblématiques est celui du maire du Plateau, Akossi Bendjo, cadre du PDCI fermement opposé au RHDP, et qui a été déchu de ses fonctions par le gouvernement suite à des soupçons de malversation. Il y a également le cas de Loukimane Camara, le directeur général de la SICOGI, une entreprise publique, auditionné cette semaine pour des présumés détournements datant de près de trois ans. Ce proche du pouvoir s’était montré très critique envers les autorités et s’est rapproché ces dernières semaines de Soro Guillaume.

Selon le procureur qui s’est refusé de dévoiler les noms des personnes visées, les procédures encore  au stade des enquêtes préliminaires, devraient aboutir prochainement à l’ouverture de procès.

Le 15/09/2018 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi