Fermer

Côte d’Ivoire. Elections municipales: le PDCI parviendra-t-il à conserver ses bastions à Abidjan?

Mise à jour le 01/10/2018 à 18h00 Publié le 01/10/2018 à 17h59 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Politique
Abidjan Baie de Cocody
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : Treichville, Plateau, Attécoubé, Port-Bouët… Il y a encore quelques mois, le PDCI pouvait considérer ces communes d’Abidjan comme ses bastions imprenables. Mais, avec les dernières évolutions politiques, le parti risque de se retrouver en position d’outsider.

Le PDCI en perte de vitesse à Abidjan? Le parti septuagénaire a de tout temps eu la mainmise sur les 10 municipalités qui composent la ville d’Abidjan, même s’il a dû voir filer au fil des années trois autres au profit du RDR d’Alassane Ouattara. Mais cette fois, la saignée pourrait être plus grande.

En effet, avec de grandes figures reconnues aussi bien au sein du parti qu’à l’échelle nationale à la tête des mairies de Treichville, Attécoubé, Cocody, Bingerville, Plateau et Port-Bouët, le parti pouvait dormir sur ses lauriers, quasiment assuré de nouvelles victoires à ces prochaines élections locales. Mais voilà, la crise avec le RHDP l’a amputé de ses «pions sûrs» qu’il a eu du mal à remplacer.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: le PDCI rompt définitivement ses liens avec le RHDP d’Alassane Ouattara


Dans les quatre premières communes cités plus haut, les maires sortants ont opté pour l’investiture du RHDP, l’allié devenu rival. Et dans les communes historiques de Treichville et Bingerville, le PDCI se retrouve pour la première fois de son histoire sans candidat officiel aux municipales. A Port-Bouët, après le décès de Aka Anghui (plus de 30 ans à la tête de la mairie), le PDCI avait choisi Siandou Fofana, nommé entre-temps au gouvernement pour lui assurer une certaine visibilité. Mais ce dernier a également fait faux bond au parti, en faisant parrainer sa candidature par le RHDP.

Au Plateau, le centre des affaires de la capitale ivoirienne, le maire Akossi Bendjo, évincé de ses fonctions en raison de soupçons de malversation, n’a pu se représenter.


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: le PDCI dénonce le harcèlement et les tentatives de débauchage de ses candidats


Là où il a eu des candidats, le PDCI a dû avoir recours à de «seconds couteaux», des militants qui, pour la plupart, n’ont que quelques semaines pour se faire un nom face à des maires RHDP sortants qui cumulent plusieurs mandats.

Le PDCI court donc le risque de perdre de nouvelles municipalités à Abidjan. Une situation délicate pour le parti qui espère pourtant bien rebondir lors de ces municipales du 13 octobre afin de peser sur l’échiquier politique.
Le 01/10/2018 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet