Fermer

Gabon: les exonérations fiscales seront revues en fonction des emplois créés

Publié le 23/01/2017 à 14h12 Par Karim Zeidane

#Economie
bois au Gabon
© Copyright : DR

#Gabon : Le gouvernement gabonais compte entreprendre une série de réformes visant à corriger certains dysfonctionnements en matière d’exonérations fiscales accordées aux investisseurs. Celles-ci seront désormais calculées en fonction de la création de richesse et d'emplois.

Kiosque le360 Afrique. Le nouveau septennat d’Ali Bongo doit être celui de la croissance et de la création d’emplois. Pour y parvenir, le Gabon doit attirer davantage d’investisseurs pour relancer et diversifier son économie. Toutefois, la politique suivie jusqu’à présent n’a pas porté ses fruits.

Ce faisant, le Conseil interministériel préparatoire à la tenue du Haut conseil pour l’investissement (CHI), présidé par le Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet, a mis en place des cellules de travail pour préparer des propositions concrètes à soumettre au président Ali Bongo Ondimba, en vue de la mise en place des réformes à même de promouvoir l’investissement.


LIRE AUSSI :
Gabon: la Zone économique de Nkok attire davantage d’investisseurs


Parmi les pistes de réformes envisagées, «la fiscalité devrait occuper une place centrale dans les réformes économiques annoncées par le Premier ministre, chef du gouvernement», souligne gabonreview.com, ajoutant à ce titre que «les exonérations accordées aux sociétés vont être soupesées, suivies et évaluées car occasionnant des pertes pour les caisses de l’Etat». C'est pourquoi le premier ministre gabonais appelle «les administrations publiques à reconsidérer la manière dont les exonérations ont été accordées jusque-là aux entreprises».

Il faut souligner que dans le cadre de cette politique de diversification industrielle portée aujourd’hui par le Plan Gabon émergent, l’Etat gabonais a du renoncer à un certain nombre d’impôts, de taxes et de redevances pour attirer des investisseurs dans un certain nombre de secteurs ciblés. En contrepartie de ces exonérations à l’investissement, les investisseurs devraient créer des emplois et de la richesse.


LIRE AUSSI :
Vidéo. La diversification de l’économie gabonaise en marche


Seulement, selon les autorités, les contreparties attendues de la part des entreprises se faisaient attendre. «Peu d’emplois créés, au regards des engagements pris. Peu de retombées économiques au niveau national pour des projets et programmes annoncés en grande pompe comme des bouffées d’oxygène, et peu de retombées en terme d’emplois», aux yeux des responsables gabonais, souligne le site d’information.

En clair, ç'en est fini des exonérations à tout va, accordées aux entreprises par le Gabon. Désormais, les projets qui bénéficieront des incitations fiscales devront réellement être créateurs de richesse pour le Gabon et d'emplois au profit des Gabonais. Pour les autorités, c’est la voie la mieux indiquée pour sortir le Gabon du marasme économique dans lequel le pays est plongé suite à la chute de la production pétrolière et des cours du baril de pétrole.

Le 23/01/2017 Par Karim Zeidane